LSC Tennis de Table

0

“Chava”, chef de table mexicain !

À 26 ans, le pongiste Salvador Uribe, dit “Chava”, évolue avec l’équipe première du LSC Tennis de Table (Nationale 1) en course pour la montée en Pro B. Numéro 2 mexicain et 260ème joueur mondial, le natif de Guadalajara s’est livré à coeur ouvert pour Info Levallois.
Par Maxime Douté

Ta première pensée le matin ?
Ma copine, Mercedes, qui est une pongiste de haut niveau également. Mais, elle est au Mexique, à Monterrey où elle étudie également. Ce n’est pas facile, car on se voit trois ou quatre fois par an.

s-uribe-1La dernière avant de dormir ?
Le ping. Je pense à mon prochain objectif, les Jeux Panaméricains. Je regarde toujours quelques vidéos de pongistes professionnels avant de me coucher. Je suis un passionné.

Moment préféré dans la journée ?
La fin d’un bon entraînement. S’il a été bon, c’est une journée réussie !

Celui que tu détestes ?
Quand je n’ai pas le feeling à l’entraînement, j’ai vraiment envie de tout laisser tomber, de rentrer au Mexique. Ma vie tourne autour du ping. C’est pour ça que je suis ici.

Ta principale qualité ?
Je suis très responsable. Peut-être trop parfois.

Ton plus grand défaut ?
L’impatience. Je veux tout rapidement et pas seulement dans le ping.

Le plus difficile dans le ping, c’est…
La régularité.

Le plus facile…
Aimer ce sport, quitte à paraître un peu “mielleux” (rires). À 14 ans, j’aurais pu essayer de “percer” dans le foot aussi, mais il y a quelque chose de plus qui m’a attiré vers le ping.

Le plus grand pongiste de tous les temps ?
Le Suédois Jan-Ove Waldner, le talent à l’état pur. Le Biélorusse Vladimir Samsonov est aussi impressionnant de régularité.

Ton meilleur et pire souvenir de compétiteur ?
Les meilleurs, notre titre de champion du monde par équipe de 3ème division, à Tokyo, en 2014. C’était
historique, puisqu’il a permis au Mexique de monter pour la première fois en 2ème division mondiale.
Il y a aussi notre victoire en double avec Marcos Madrid, le numéro 1 mexicain, qui joue à Caen, aux Jeux d’Amérique Centrale et des Caraïbes, en 2014, à Veracruz, dans mon pays. Le pire, lors de ces mêmes Jeux, en simple. Je mène 3-1 en quarts de finale contre un Portoricain. C’est en 4 sets gagnants. Je perds au finale 4-3 devant mon public.

Superstition avant un match ?
Avant je filmais mes matchs, mais j’ai arrêté, car à chaque fois je jouais mal (rires).

L’événement qui t’a le plus marqué ?
En 2011, quand j’ai dit au revoir à ma famille à l’aéroport de Guadalajara.

Une devise ?
Devant un problème sans solution, il faut apprendre à lâcher prise.

Si tu avais un don ?
La télékinésie. Petit, je restais une demi-heure devant un objet en essayant de le bouger avec la pensée (rires).

France ou Mexique ?
J’aime mon pays, mais je dis la France pour la vie que je mène actuellement. Après, c’est vrai qu’ici, je suis tout seul.

Expression française favorite ?
“Il faut faire avec” (rires).

Plat préféré ?
Los tacos bien sûr ! (rires)

Et en France ?
La raclette.

Tequila ou vin rouge ?
Tequila ! Je commence à bien parler la langue, mais je n’ai pas encore le palais d’un Français (rires).

Partager.

A propos de l'auteur

La Rédaction d'Info Levallois exerce au sein de la Direction de la Communication de la Ville de Levallois. Toute l'équipe a un seul objectif, vous informer tout au long de l'année de l'actualité levalloisienne, et ce, dans tous les domaines.

Comments are closed.