LES HARLEM GLOBETROTTERS À LEVALLOIS

0

Showtime à Cerdan !

Samedi 5 avril, à 19h, le palais des sports Marcel-Cerdan accueille les mythiques Harlem Globetrotters  pour un show estampillé Gérard Drouot Productions, en partenariat avec la Municipalité et le LSC. Ces légendes mondiales du basket qui parcourent les continents depuis 1950, livreront à Levallois un spectacle unique en son genre, entre prouesses sportives et spectacle.

Par Maxime Douté.

“C’est un super show qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie, même si l’on n’est pas très branché basket !”.
C’est ce qu’on appelle faire l’unanimité ! Chaque tournée des Original Harlem Globetrotters en France rassemble en moyenne près de 50 000 spectateurs par an.
Cette fois encore, le mythique club de basket propose 15 dates dans l’hexagone, de Lyon à Lille en passant par Strasbourg, Bordeaux et… Levallois !
Le samedi 5 avril, à partir de 19h, les Levalloisiens auront le bonheur d’assister à un spectacle unique. Le palais des sports Marcel-Cerdan sera le théâtre d’un match de basket bien particulier, avec une mise en scène phénoménale, où se succèderont acrobaties, passes improbables, dunks de haute voltige, dribbles incroyables… Sous l’oeil complice de coach “Sweet” Lou Dunbar, les joueurs des Harlem, Big Easy, Torch, l’atout et la touche féminine du groupe, Firefly, Spider, Bulldog, Flip ou encore Handles ne manqueront pas d’établir une véritable interaction avec le public. Si le spectacle repose incontestablement sur les facéties de tous ces artistes, il prend aussi sa source dans la dimension historique des Harlem Globetrotters.

L’histoire devenue légende !
Les Globetrotters ont débuté dans la Negro American Legion League sous le nom de Giles Post. En 1927, ils deviennent professionnels sous le nom de Savoy Big Five. Racheté la même année par Abe Saperstein, le club est rebaptisé les Harlem Globetrotters. Un nom à priori étrange puisque l’équipe n’est jamais sortie des frontières du pays et vient de Chicago ! Cette référence à Harlem, temple de la culture noire aux États-Unis, prend son inspiration dans un effectif exclusivement composé d’Afro-Américains, qui ne sont alors pas acceptés dans les ligues majeures. Rapidement, les Globies deviennent l’une des meilleures équipes de la région de Chicago, puis de tous les États-Unis. En 1939, ils participent au premier World Professional Basketball Tournament, qui oppose les meilleurs clubs de tout le pays. Ils sont défaits par les New York Renaissance, autre équipe entièrement composée de joueurs noirs. Ce n’est que partie remise, puisqu’en 1940, les Harlem Globetrotters remportent ce tournoi face aux Bruins de Chicago.

Dans le mauvais air du temps !
Au même moment, les facéties de Goose Tatum et de Bob Karstens, premier blanc à intégrer les rangs des Globetrotters, animent le jeu. Saperstein n’y voit pas d’inconvénient si l’équipe est en avance au tableau d’affichage. En 1948 et 1949, ils battent à deux reprises les Lakers de Minneapolis, alors en tête de la toute jeune NBA. Sur le plan social, les Globetrotters n’échappent pas à la discrimination. Ils sont parfois obligés de rouler deux heures après un match pour trouver des restaurants ou des hôtels acceptant des clients noirs. Parfois, faute d’auberge, certains dorment dans le bus, le ventre vide. Mais, cela ne les empêche pas de faire alors partie des meilleures équipes de basket de la planète.

Plus qu’un club !
En 1950, devant la popularité de son équipe, Saperstein décide de s’exporter outre-Atlantique. La même année, Nate Clifton, membre des Globetrotters, devient le premier joueur noir à rejoindre la NBA. Les Globies sont alors victimes de la médiatisation qu’ils ont apportée jusque-là aux joueurs noirs qui se dirigent désormais en masse vers les opportunités offertes par la NBA. Malgré tout, en 1958, Saperstein réalise un coup de maître en engageant le pivot Wilt Chamberlain, qui prend part au voyage en URSS. À Moscou, les Harlem  rencontrent le leader soviétique Nikita Khrouchtchev afin d’atténuer les tensions entre l’Occident et le Bloc de l’Est, puis se rendent à Rome où ils sont reçus par le Pape. Le surnom de Globetrotters  prend alors tout son sens. Les joueurs arpentent le monde. Les foules sont immenses à chacune de leurs apparitions, comme à Rio où l’Estadio Municipal accueille 50 000 personnes ou encore au stade olympique de Berlin où 75 000 spectateurs attendent les stars. À sa disparition en 1966, Abe Saperstein peut se targuer d’avoir grandement participé à l’intégration du peuple afro-américain dans le basket, mais aussi d’avoir fait découvrir la discipline au grand public.

Entertaining Partner
Comment évoquer les Harlem Globetrotters sans leurs éternels partenaires de jeu, les Washington Generals  ? Nommés ainsi par leur fondateur, Louis Klotz, en l’honneur du Général Eisenhower fraîchement élu Président des États-Unis, ils accompagnent les Globies  sur tous les parquets de la planète. S’ils n’ont pas le niveau pour lutter contre les Harlem Globetrotters , ils font partie intégrante du show depuis près de 70 ans. Et ce sera encore le cas à Levallois. Véritable phénomène de société dans les années 80, les Globetrotters dépassent le cadre du basket. Symboles du showtime, ils deviennent la seule équipe sportive à recevoir leur étoile sur la célèbre Walk of Fame  d’Hollywood. Des joueurs comme Marques Haynes, Pop Gates, Connie Hawkins, Meadowlark Lemon, Goose Tatum et, surtout, Wilt Chamberlain, intègreront le Hall of Fame à Springfield. Aujourd’hui, ils continuent à parcourir le monde, jouant plus de 500 matchs par an sur tous les continents. Leur hymne, Sweet Georgia Brown , devrait retentir encore longtemps dans les salles… À commencer par le Palais des sports Marcel-Cerdan, qui affichera complet pour l’occasion….

Partager.

A propos de l'auteur

La Rédaction d'Info Levallois exerce au sein de la Direction de la Communication de la Ville de Levallois. Toute l'équipe a un seul objectif, vous informer tout au long de l'année de l'actualité levalloisienne, et ce, dans tous les domaines.

Comments are closed.

http://www.thedreampainter.com hermes replica http://www.simondeli.com http://www.weeklyleak.com replica handbags hermes replica http://www.transglobalcm.com hermes replica https://www.9replicabag.com replica bags replica handbags http://www.fasc.net replica hermes hermes replica https://www.9replicabag.com replica bags replica handbags hermes replica replica hermes http://www.gretel-killeen.com yeti cups cheap yeti cups