L’ÉPÉE LEVALLOISIENNE FACE AU MONDE

0

Aux Armes !

Si, à partir du 14 juin, les regards seront tournés vers la Russie où les hommes de Didier Deschamps tenteront de soulever la Coupe du monde de football, des échéances tout aussi importantes attendent les épéistes levalloisiens. Championnats de France, d’Europe et du monde… Vincent Appolaire, maître d’armes des équipes 1ères féminine et masculine du LSC, avec Georges Karam, évoque tous ces rendez-vous et les chances de sélection de chacun.
Propos recueillis par Maxime Douté.

 

Info Levallois :
Vincent, durant cette saison, les épéistes de l’équipe de France, et par là même du LSC, ont semblé davantage en difficultés avec très peu de podiums sur la scène internationale… Pourquoi ?
Vincent Appolaire : Il me semble que la Fédération Française d’Escrime vit une saison de transition, avec l’arrêt de certains leaders, tels que Gauthier Grumier, après les JO de Rio et de Jean-Michel Lucenay, plus récemment. Il a aussi fallu reconstruire après le départ de l’entraîneur national et ancien Levalloisien Hugues Obry. Aujourd’hui, il y a un nouveau staff.
Les Levalloisiens Daniel Jerent et Yannick Borel sont devenus les leaders de l’équipe, les patrons sur le plan sportif. Ils ont la lourde tâche de tirer le groupe vers le haut, à l’instar de ce que faisaient les expérimentés Ulrich Robeiri et Gauthier Grumier, eux-mêmes anciens pensionnaires du LSC.

Borel et Jerent seront donc présents lors des championnats d’Europe de Novi Sad (Serbie), du 17 au 21 juin et aux championnats du monde à Wuxi (Chine), du 19 au 26 juillet ?
Si la sélection des épéistes qui représenteront la France n’est pas officielle (NDLR : à l’heure où nous écrivons ces lignes, la Fédération n’avait pas encore officialisé la liste des sélectionnés)il y a de fortes chances de les retrouver, en effet, lors de ces deux échéances internationales.

Un pronostic sur les sélectionnés levalloisiens ?
Sauf blessures, je pense que Daniel Jerent, n°10 mondial, a 100 % de chance de participer aux “Europe” et aux “Monde”.
Même si elle n’était pas sélective pour ces deux échéances, il fait médaille d’argent lors de la Coupe du monde de Vancouver. Il  termine également 7ème à Legnano (Italie) et 10ème à Paris, deux Coupes du monde, qui, elles, étaient sélectives. Double champion du monde, d’Europe et champion olympique par équipe à Rio, l’expérience parle aussi pour lui.

Même constat pour Yannick Borel ?
Je lui donne 99 % de chance (rires). C’est un pilier de l’équipe de France même s’il ne réalise pas la même saison que l’an passé. N’oublions pas qu’il est champion d’Europe en titre en individuel, n°13 mondial, et a fait 3ème à Vancouver et 9ème à la “sélective” d’Heidenheim.

Yannick Borel, à gauche, lors de la dernière coupe du monde sélective, à Paris.

Quid de Ronan Gustin ?
Pour Ronan, n°26 mondial, c’est plus compliqué ! Il ne réalise pas  une saison magnifique, avec une 7ème place en Coupe du monde non-sélective à Vancouver. C’est du 50/50 avec son concurrent de Rodez, Jonathan Bonnaire, par ailleurs, maître d’armes au LSC. Tout se jouera sur la dernière Coupe du monde, à Cali. Son principal atout, il est champion du monde par équipe en titre avec ses partenaires du LSC, Borel et Jerent.

Sans oublier l’équipe de France féminine et la Levalloisienne Coraline Vitalis ?
Pour Coraline, je dirais 110 % de chance d’y aller (rires). Elle est n°22 mondial, mais elle a surtout remporté la Coupe du monde sélective de Cuba, à la Havane, en début d’année. Elle a aussi terminé 8ème lors de la “sélective” de Dubaï. Elle est aussi championne d’Europe par équipe en titre avec les Bleues. Je la sens plus mûre, plus régulière, plus expérimentée sur le circuit international avec une constante envie de progresser. Quoi qu’il en soit, qu’il s’agisse des garçons ou de Coraline, tous viseront des médailles, en individuel ou par équipe.

Justement, l’équipe de France masculine aura un statut à défendre…
Après leur 5ème place, en mai, à Paris, l’équipe tricolore, alors composée de Daniel Jerent, Yannick Borel, Ronan Gustin et Alex Fava (non-Levalloisien), a récupéré sa première place sur le circuit mondial. Elle se situera donc parmi les favoris, avec la Corée, la Russie, l’Italie ou la Hongrie. D’autant qu’ils sont champions du monde en titre. Quant à l’équipe féminine, elle est aussi championne d’Europe en titre.

Coraline Vitalis, victorieuse à Cuba, au rendez-vous des “monde” et des “Europe”

Avant les échéances internationales, tous ces athlètes défendront les couleurs du LSC lors des championnats de France…
Effectivement, ils se dérouleront les 9 et 10 juin, à Amiens. Les équipes 1ères de N1 seront composées de Daniel Jerent, Yannick Borel, Virgile Marchal et Ronan Gustin chez les hommes, et de Coraline Vitalis, Alexandra Louis-Marie, Sarah Jallot et Amélie Awong chez les filles. Nous visons le titre chez les hommes et au moins une médaille chez les dames. À noter que le LSC Escrime, qui reste le club le plus représenté, a également deux équipes engagées en N2 et six en N3. Si nous obtenons quatre médailles au total, l’objectif sera atteint. À l’occasion de ces championnats de France, la cadette Solène Mbiim, vice-championne de France par équipe chez les moins de 17 ans, 5ème en individuel, et sélectionnée aux “monde” des M17 en avril dernier, participera à ces premiers championnats de France Séniors (en N2). Avec Lilian Nguefack, 3ème aux “monde” Junior en individuel et vice-champion du monde par équipe, Solène fait partie de la prometteuse relève du LSC Escrime..

Les Levalloisiens Yannick Borel, Ronan Gustin, et Daniel Jerent,
Yannick Borel, à gauche, lors de la dernière coupe du monde sélective, à Paris. champions du monde par équipe, à Leipzig, l’an passé.

Partager.

A propos de l'auteur

La Rédaction d'Info Levallois exerce au sein de la Direction de la Communication de la Ville de Levallois. Toute l'équipe a un seul objectif, vous informer tout au long de l'année de l'actualité levalloisienne, et ce, dans tous les domaines.

Comments are closed.