LE MOIS DES EXPOS

0

Janvier, mois des expositions !

C’est le mois des expos ! Peinture et sculpture sont à l’honneur dans tous les sites culturels de Levallois pour démarrer l’année en beauté et en diversité. Lumières, finesse et réalité, le Levalloisien Jacques Bodin, mais aussi Nicolas Cluzel, Céline Senlis et Emmanuelle Prissette, proposent leurs visions de notre monde, en toute sincérité dans le Péristyle de l’Hôtel de Ville, à la Galerie de L’Escale et à la Médiathèque Gustave-Eiffel. Une variété de styles à découvrir absolument…

Par Ingrid Roulot-Gamboa

Ceci n’est pas une photo, de Jacques Bodin
En effet, ceci n’est pas une photo, mais une peinture ! Ces bouteilles en verre aux mille reflets, ces cheveux attachés par un lien en velours, ces herbes folles de printemps ou encore ce filet d’oranges… sont saisissants de vérité, de détails, de minutie. Et pourtant, Jacques Bodin peintre levalloisien autodidacte, qui au départ de sa carrière était un copiste doué, n’est pas photographe. Il perfectionne le détail, s’attache avec minutie à peindre cheveu à cheveu, herbe à herbe… ces parties trop souvent abandonnées en peinture à un aplat en camaïeu.

Souci du détail
Les peintures de Jacques Bodin sont réalisées dans son atelier de Levallois, rue du Président Wilson, à partir de ses propres photographies souvent prises à la campagne, qui sont retravaillées avec des outils numériques puis projetées sur la toile à l’aide d’un vidéoprojecteur. La réalisation des grands formats nécessite ensuite plusieurs mois de travail. Ses thèmes de prédilection tels que l’herbe, les fruits, les cheveux, les natures mortes ou la végétation sont traités avec un véritable souci du détail.
Cet artiste levalloisien est le fer de lance du mouvement hyperréaliste français, né aux États-Unis dans les années 70, sous le nom de photoréalisme et représentant des décors de villes américaines bien ordonnées. Un courant qui a longtemps souffert d’une mauvaise presse en Europe. “J’assume complètement ce style, ce qui est assez rare en France. Beaucoup préfèrent d’autres terminologies. On a pu dire que l’hyperréalisme ne dénonçait rien et n’avait aucun sens ! Mais, je ne suis absolument pas d’accord. L’hyperréalisme aborde différents aspects sociétaux comme la politique ou encore l’écologique…” Jacques milite pour ce mouvement artistique et notamment au travers du site qu’il a créé, hyperrealisme.net qui référence plus de cent artistes hyperréalistes et a pour baseline “l’art de simuler quelque chose qui n’a jamais existé”. “Je mets souvent en scène les objets de ma peinture. C’est conceptuel ! Il y a tout un travail intermédiaire entre la photo et la peinture, notamment sur ordinateur. Ce n’est pas de la simple reproduction !”

Quelque chose qui s’assimile à la réalité
De la réalité au rêve. Jacques photographie ce monde réel, puis le transforme sur la toile en ce qu’il aurait finalement rêvé de voir. “Nous avons tous des techniques différentes… Je ne suis pas un bon photographe, mais grâce à la peinture j’améliore l’image prise avec mon appareil. Par exemple, dans le tableau Closed, ce portail sur la campagne n’était pas bleu mais d’un gris passé et éteint… Je retravaille la composition, des objets disparaissent parfois et l’arrière-plan change souvent. Je recherche et j’aboutis à quelque chose qui s’assimile à la réalité. Ce n’est pas qu’une reproduction mécanique de la photo. Je m’efforce, avec mon travail, de faire évoluer les mentalités. Les mentalités évoluent sur l’hyperréalisme dans le monde… J’expose dans le monde plus qu’en France. Je constate que le grand public est très réceptif à l’hyperréalisme, parfois plus que la haute sphère artistique. C’est pour ça, que je suis très heureux de faire cette exposition à Levallois”

Ceci n’est pas une photo, de Jacques Bodin
Du 30 janvier au 15 février
Péristyle de l’Hôtel de Ville
Place de la République
Renseignement 01 47 15 75 15
Entrée libre

Viande ! Crise ! & Playmobil de Nicolas Cluzel

Quel monde ? Des CRS, de la chair, des cannettes, Nicolas Cluzel emprunte parfois des tableaux signatures ou bien des scènes de vie souvent trash pour se réapproprier un monde ensanglanté, toujours en mouvement où la chair est ronde et centrale. Nicolas raconte une urgence.
Ouvrons-nous suffisamment les yeux sur ce qui nous entoure ?
De la peinture de l’artiste de 32 ans se dégage trois approches identifiables : la nature morte, l’emprunt à l’Histoire de la peinture d’oeuvres majeures et le fait social. Les thèmes abordés s’incarnent dans cette expressivité picturale. Souvent, ces séries s’imbriquent. Elles prennent corps dans une volonté de dire quelque chose de l’époque et participent d’une même conception tragitragicomique de l’existence. Le message est agité comme le pinceau sur la toile. Les yeux perçants des personnages sont identiques, comme s’ils avaient tous contracté la même maladie, celle de notre temps… Nicolas tient le pinceau depuis 2006 à Lyon. Son travail, présent dans plusieurs collections privées, est exposé régulièrement en France et à l’étranger. Il est lauréat du Prix Lelivredart 2019 et présentera une sélection de ses oeuvres à Levallois pour la première fois.

Viande ! Crise ! & Playmobil de Nicolas Cluzel
Du 17 janvier au 22 février
Galerie de L’escale
25 rue de la Gare
Renseignement 01 47 15 74 56
Entrée libre

Bronze, de Céline Senlis
“Par mes sculptures, je transmets ma force,ma douceur et beaucoup d’énergie”. Au fond d’une cour, à deux pas du mythique village des Batignolles, dans une ancienne imprimerie et atelier de sculpteur, Céline Senlis sculpte dans son univers authentique et lumineux. Son travail exprime toute sa curiosité et sa foi en l’humanité. L’homme, le dialogue, le couple, la famille, le temps qui passe sont des thèmes qui lui sont chers. À travers la sculpture, elle exprime sa curiosité pour l’humain dans toute sa diversité. “Je modèle les lignes, les courbes et les volumes des corps qui racontent leur histoire suivant leur maturité, leur ethnie, leur terroir, leur vécu. Au-delà de l’aspect physique, je tente d’exposer les sentiments, de faire dialoguer mes personnages. Parfois, il arrive que le désir de voir ma terre transformée en bronze, m’amène à faire mouler puis à reproduire jusqu’à douze fois mon modèle initial … jamais je n’ai été déçue par le bronze et, même, j’adore”.

Bronze, de Céline Senlis
Du 24 janvier au 22 février
Médiathèque Gustave-Eiffel
111 rue Jean-Jaurès
Renseignement 01 47 15 74 56
Entrée libre

Les Lumières, d’Emmanuelle Prissette
Peinture abstraite, forme vaporeuse, couleurs à la transparence lumineuse, vagues infinies l’oeuvre d’Emmanuelle Prissette emporte celui qui la regarde. Douceur et force à la fois, le spectateur ne peut que s’attarder sur les toiles de l’artiste et partir dans le voyage qu’elle propose. Du ciel d’Île-de-France et des lumières des Flandres, sa terre familiale, Emmanuelle tire ses bleus profond, ses blancs variés, ses gris éternels… Un point de lumière comme une issue vers le monde de l’autre côté du tableau vient souvent ponctué les oeuvres. Les tableaux de l’artiste donnent également à voir des matières avec l’impression qu’on pourrait les caresser, rappelant étrangement la pierre apparente de son atelier de travail. Emmanuelle Prissette, un artiste à découvrir à Levallois…

Les Lumières, d’Emmanuelle Prissette
Du 24 janvier au 22 février
Médiathèque Gustave-Eiffel
111 rue Jean-Jaurès
Renseignement 01 47 15 74 56
Entrée libre

Partager.

A propos de l'auteur

La Rédaction d'Info Levallois exerce au sein de la Direction de la Communication de la Ville de Levallois. Toute l'équipe a un seul objectif, vous informer tout au long de l'année de l'actualité levalloisienne, et ce, dans tous les domaines.

Comments are closed.

http://www.thedreampainter.com hermes replica http://www.simondeli.com http://www.weeklyleak.com replica handbags hermes replica http://www.transglobalcm.com hermes replica https://www.9replicabag.com replica bags replica handbags http://www.fasc.net replica hermes hermes replica https://www.9replicabag.com replica bags replica handbags hermes replica replica hermes http://www.gretel-killeen.com yeti cups cheap yeti cups