HÔTEL DE VILLE

0

L’écrin a 120 ans !

L’Hôtel de Ville est inauguré avec faste le dimanche 27 mars 1898. Les festivités ont duré trois jours. Derrière cette construction, exceptionnelle pour l’époque, se cache l’histoire de deux hommes, dont le seul objectif était d’offrir à la jeune commune de Levallois un édifice digne de leur ambition pour elle. Récit du rôle joué par le Maire de l’époque, Jean-François Trébois et le jeune architecte Léon Jamin.

Jean-François Trébois naît le 5 avril 1835 à Bonnefont, dans les Hautes-Pyrénées.
Républicain convaincu, venu s’installer en région parisienne, il fonde, en 1871, la Société des écoles laïques du Département de la Seine.
En 1880, soutenu par le Parti radical, Jean-François Trébois est élu Maire de Levallois.
Le Village Levallois, imaginé et dessiné par Nicolas Eugène Levallois, est devenu une commune, par décret de Napoléon III en 1867.
Depuis, la population de la ville n’a cessé d’augmenter à un rythme exceptionnel, passant de 15 000 habitants à plus de 35 000 âmes en un peu plus de dix ans. Le nouveau Maire a d’ailleurs de grands desseins pour sa ville. Dès son élection, Jean-François Trébois lance la construction de trois groupes scolaires, d’une crèche et d’un abattoir. Il fait également prolonger la ligne de bus venant de la place Wagram.
Mais, surtout, il rêve de bâtir pour sa commune un grand Hôtel de Ville.
En effet, depuis la création de la commune, la Mairie est installée dans une petite maison, léguée par M. Rivay. Cette bâtisse est exiguë et inadaptée.
Mais, patatras, en 1888, Jean-François Trébois, jugé trop dispendieux, perd les élections face au parfumeur Antonin Raynaud.Un mandat éphémère, puisqu’un nouveau changement électoral survient en 1891… et Jean-François Trébois est réélu Maire de Levallois !
Le 31 août 1892, donc, le Conseil municipal décide d’ériger le futur Hôtel de Ville sur la place de l a République, afin de donner à l’édifice l’ampleur désirée
La pose de la première pierre a lieu le 7 juillet 1895, en présence du Préfet de la Seine, Eugène Poubelle.

EMPRUNT COMMUNAL
Jean-François Trébois est persuadé qu’il inaugurera le bâtiment, car en1896, il est réélu pour un troisième mandat. Mais, c’est sans compter sur ses adversaires politiques qui, une fois encore, l’accusent de mettre en péril les finances de la commune pour assurer la construction de cet l’Hôtel de Ville qu’ils estiment pharaonique.
Les travaux sont financés, logiquement, par un emprunt. La commune, après autorisation du Parlement en 1894, a emprunté 2 800 000 francs.
Cette somme couvre à la fois la construction de l’Hôtel de Ville, mais aussi la viabilité et la voirie des différentes rues adjacentes. Jean-François Trébois, confiant dans le développement économique de la ville qui ne cesse d’attirer de nouvelles usines, garantit le paiement des échéances par une taxe additionnelle de l’octroi.
Mais, en septembre 1897, Jean-François Trébois est exclu du groupe radical-socialiste. Le mois suivant, il démissionne de son mandat de Maire. Il reste cependant Conseiller municipal tandis qu’Eugène Gilbert lui succède à la tête de l’exécutif communal.
Le dimanche 27 mars 1898, le nouvel Hôtel de Ville est finalement inauguré par Alfred Rambaud, Ministre de l’Instruction publique et des Beaux- Arts. On ignore si Jean-François Trébois est présent, mais son nom fi gure sur la plaque commémorative, en tête des Conseillers municipaux. Il décède en 1902 à Saint- Dié, dans les Vosges.
Lors de l’établissement du décompte des travaux en 1902, le coût est arrêté à la somme de 1 977 972, 86 francs. Ce qui traduit une maîtrise du budget alloué. Mais, l’autre personnage qui a joué un rôle essentiel dans la création de ce bâtiment phare de Levallois, c’est son architecte, Léon Jamin.

 

LÉON JAMIN, UN JEUNE ARCHITECTE DE TALENT
Léon Jamin naît le 15 janvier 1868 à Levallois.
Très jeune, il est fasciné par la puissance du geste architectural et demande à Duray, architecte diplômé du Gouvernement, de lui enseigner les principes de son art.
Nommé architecte de la Ville de Levallois en décembre 1891, Léon Jamin occupe cette fonction jusqu’en 1903.
Pendant ces années, il a la responsabilité des services de voirie et construit de nombreux équipements municipaux, comme le groupe scolaire Paul-Bert (l’actuel groupe scolaire Buffon).
Mais le plus beau chantier de Léon Jamin restera à jamais la construction de l’Hôtel de Ville.
Fait rarissime, sinon unique dans l’histoire, le Conseil municipal décide de confier les travaux à un architecte municipal qui n’a pas encore trente ans. Le montant du projet s’élève à 1 779 467,26 francs. Le chantier est important. La place de la République est occupée par des baraquements et des ateliers. Une cantine y est même installée. Les travaux sont conduits de main de maître en trois ans.
Durant cette période, Léon Jamin perçoit uniquement son salaire d’architecte municipal, car il veut être jugé sur le résultat.
Ainsi, il laisse une éventuelle gratifi cation à la discrétion du Conseil municipal, après l’achèvement des travaux. Après les opérations de réception du chantier, en décembre 1901 et le décompte des travaux, le Conseil municipal vote à Léon Jamin, en 1903 et non sans opposition, une gratifi cation d’un montant de 40 000 francs.
Léon Jamin n’est plus à cette époque l’architecte de la Ville. Il part s’expatrier à Buenos Aires. L’Hôtel de Ville de Levallois restera son oeuvre majeure.

Partager.

A propos de l'auteur

La Rédaction d'Info Levallois exerce au sein de la Direction de la Communication de la Ville de Levallois. Toute l'équipe a un seul objectif, vous informer tout au long de l'année de l'actualité levalloisienne, et ce, dans tous les domaines.

Comments are closed.

https://www.caviarbase.com http://www.simondeli.com http://www.weeklyleak.com replica handbags replica handbags hermes replica replica bags replica handbags replica hermes https://www.9replicabag.com replica bags replica handbags http://nwaedd.org replica hermes hermes replica hermes replica replica hermes http://www.gretel-killeen.com yeti cups cheap yeti cups