Gustave Eiffel

0

15 décembre 1832
27 décembre 1923

Le mois de décembre est un mois particulier dans la vie de Gustave Eiffel. C’est le mois de sa naissance, mais également celui de son décès. Retour sur cet extraordinaire personnage qui repose au cimetière de Levallois.

Acte de naissance de Gustave Eiffel 1 E 2 56Originaire de la province d’Eifel en Rhénanie (Allemagne), la famille Bönickhausen fuit la guerre et les armées de Louis XIV pour s’installer en France au XVIIe siècle. Les prénoms sont francisés et Eiffel se substitue au patronyme à consonance germanique.
Plusieurs générations de tapissiers se succèdent au sein de la famille. Le père de Gustave Eiffel, François-Alexandre, lui, renonce à entrer dans le commerce familial pour s’engager, à 16 ans, dans l’armée impériale. En garnison à Dijon, il épouse Catherine-Mélanie Moneuse en 1824.

Une mère très active
Femme entreprenante et dotée d’un grand sens des affaires, Catherine fait prospérer le commerce de bois et de charbon de son père en s’associantEiffel_Maison_Dijon0001 à la Compagnie des Mines de Blanzy pour l’extraction et la commercialisation de la houille des Mines d’Épinac. Grâce à cela, la famille acquiert une certaine aisance matérielle et un rang social. Toute sa vie, Gustave Eiffel manifestera toujours une respectueuse et affectueuse admiration pour sa mère.
Ainsi, Gustave Eiffel naît à Dijon le 15 décembre 1832. Il est l’aîné d’une fratrie de trois enfants, deux soeurs lui succédant. Catherine-Marie naît le 4 novembre 1834. Elle sera très proche de son frère, puis Laure Alexandrine le 23 mars 1836. Durant son enfance, le jeune Gustave se rapproche de l’un de ses oncles, Jean-Baptiste Mollerat. Il est l’un des précurseurs de la chimie du bois en ayant inventé des procédés pour la distillation de ce matériau. Il fonde une usine à Pouilly-sur-Sa.ne (C.te d’Or) pour la commercialisation d’un vinaigre et d’un Vert Mollerat. L’entreprise est prospère et renommée.

Un ingénieur chimiste
Collège Royal de Dijon, Archives de la ville de Dijon, VE 1187Après avoir obtenu ses baccalauréats ès lettres et ès sciences au collège royal de Dijon, Gustave Eiffel est envoyé à Paris pour préparer le concours de l’école Polytechnique. En cette année 1850, il intègre une institution privée parmi les plus anciennes et réputées, le collège Sainte-Barbe à Paris. Ayant échoué de peu au concours de Polytechnique, son admissibilité lui ouvre néanmoins les portes de l’école Centrale des Arts ECP1850_300dpiet Manufactures de Paris.
Sa scolarité est moyenne. Il est même considéré à certain moment comme un élève quelque peu dilettante. Il en sort trois ans plus tard, promotion 1855, âgé de 23 ans, avec un diplôme d’ingénieur-chimiste.
En effet, son projet initial est de succéder à son oncle, Jean-Baptiste Mollerat, à la direction de son entreprise. Mais une brouille familiale met un terme à cette ambition.
Pour autant, la situation n’est pas perdue pour Gustave. Ses études d’ingénieur civil lui ont fait découvrir la métallurgie. Sa mère, respectée dans le milieu des métallurgistes, met à contribution son réseau de relations. Une grande carrière attend ce jeune et talentueux ingénieur.

Le cimetière municipal, lieu de sépulture de la famille Eiffel
En 1866, la famille Eiffel s’installe . Levallois dans une maison à proximité des ateliers que dirige Gustave. Mais l’état de santé de son épouse, Marguerite, est chancelant.
Tombeau Gustave EiffelLe 25 août 1877, à peine un mois avant son décès brutal, Gustave Eiffel achète une concession à perpétuité de 3,70 m. Établissant ainsi la sépulture de la famille Eiffel au cimetière de Levallois. Son épouse Marguerite y est inhumée le 10 septembre 1877. Cette date est inscrite sur le tympan du monument funéraire. Gustave Eiffel restera veuf toute sa vie.
Cette tombe, la seule qui ne soit pas dans l’alignement des autres, est, selon la légende, orientée vers la célèbre Tour. Pourtant, elle a été érigée douze ans avant la construction de la Tour Eiffel…
L’attachement de la famille Eiffel à Levallois se manifeste par l’achat d’une nouvelle concession à perpétuité au cimetière de Levallois, le 5 mars 1895. Gustave Eiffel y fait inhumer Alexandre et Catherine-Mélanie Eiffel, ses parents, décédés 17 ans plus tôt à Dijon, ainsi que sa soeur Laure-Alexandrine morte en 1864. Ses proches sont ainsi r.unis dans le cimetière levalloisien.
Le 27 décembre 1923, Gustave Eiffel décède des suites d’une congestion cérébrale. Il était âgé de 91 ans.
Le journal Paris Soir propose le 30 décembre 1923 que la dépouille de Gustave Eiffel “aille dormir à l’ombre de son nom, au pied de cette Tour Eiffel dont il fut le génial et patient artisan”.
Mais la famille, bien que reconnaissante de cette initiative, transmet la volonté du défunt “d’aller reposer auprès de sa femme, décédée depuis déjà de longues années”.
La cérémonie religieuse a lieu en l’église Saint-Philippe-du-Roule en présence du Maréchal Joffre. Avec tous les honneurs dus à son rang, Gustave Eiffel est enterré le 31 décembre au cimetière de Levallois. Les discours de personnalités se succèdent, dont celui de Louis Bréguet.
Par délibération du Conseil municipal, initiée par le D.put.-Maire, Patrick Balkany, la tombe de la famille Eiffel est désormais entretenue et cela à jamais, par la Ville, comme celles, notamment, de Louise Michel, de Maurice Ravel, des anciens Maires de Levallois et des Compagnons de la Libération.

Le service Archives Documentation

Partager.

A propos de l'auteur

La Rédaction d'Info Levallois exerce au sein de la Direction de la Communication de la Ville de Levallois. Toute l'équipe a un seul objectif, vous informer tout au long de l'année de l'actualité levalloisienne, et ce, dans tous les domaines.

Comments are closed.