Géo Michel

0

Le boulanger nageur

AC92044_1Fi1707Le Levalloisien Géo Michel, boulanger de son état, a battu le record du monde de la traversée de la Manche à la nage le 10 septembre 1926. Un exploit mémorable.

Si, de nos jours, la traversée de la Manche est facile grâce au tunnel ou au ferry, ce ne fut pas toujours le cas. La traversée de la Manche était avant tout un symbole historique, avant d’être un défi sportif.
La Grande-Bretagne, en effet, n’était pas facilement accessible, et la dernière invasion de la “perfide Albion” date de 1066, par le duc de Normandie, Guillaume le Conquérant.

DÉFI SPORTIF
La traversée de la Manche s’est souvent révélée être une obsession pour AC92044_1Fi1705les aventuriers et autres sportifs téméraires. Louis Blériot, le célèbre avionneur levalloisien, fut le premier à réaliser ce prodige en avion le 25 juillet 1909, en 37 minutes.
Côté natation, la première traversée couronnée de succès a été effectuée en août 1875 par le capitaine Webb en 21 heures et 45 minutes. Sept autres courageux candidats ont par la suite réalisé semblable exploit.

LE BOULANGER NAGEUR
Et un boulanger levalloisien, Géo Michel, décide d’inscrire lui aussi son nom au palmarès… Notre nageur est bien loin de ressembler aux véritables athlètes de la natation moderne, à la musculature parfaite.
C’est plutôt un bon vivant, un solide gaillard de 113 kilogrammes, mais, par ailleurs et c’est le plus important, un nageur émérite !
Malheureusement, son métier de boulanger, au 1 rue Raspail, ne lui laisse guère le temps de s’entraîner. Mais l’homme ne cède jamais au renoncement.
Géo Michel, obstiné, se prépare dans la Seine, en partant du pont de Suresnes pour arriver au pont National, à Paris (XIIème et XIIIème arrondissements).

NAGE À L’INDIENNE
AC92044_1Fi1710Enfin, vient l’heure de la fameuse traversée, le 9 septembre 1926 à 20h26.
Elle s’effectue dans le sens France–Grande-Bretagne, soit environ 34 kilomètres.
Le point de départ est le cap Gris-Nez dans le Pas-de-Calais. Géo Michel enduit tout d’abord son corps de graisse pour se protéger du froid. Et, bizarrement, il utilise une nage bien particulière, le over arm stroke (“nage sur le côté”) qu’on appelle aussi “nage à l’indienne”. Elle permet d’effectuer de longues distances en raison de son faible impact énergétique.
Pour homologuer sa traversée, Géo Michel est escorté par le remorqueur officiel Maurice , par l’intermédiaire duquel son manager assure son ravitaillement.
Pour réussir, il sait qu’il doit profiter d’une seule marée, donc rester moins de 12 heures dans l’eau.

CHAMPAGNE EN PLEINE MER
Le Levalloisien est particulièrement suivi dans son périple. À proximité des côtes anglaises, deux nageuses viennent au devant de Géo Michel AC92044_1Fi1712pour l’accompagner dans l’ultime effort.
On lui offre même un verre de champagne à l’approche de l’arrivée, en pleine mer !
Géo Michel foule le sable de la plage de Saint-Margaret-Baie, près de Douvres, le vendredi 10 septembre 1926 tôt le matin, à 7h31, soit 11 heures et 5 minutes après son départ.
AC92044_1Fi1721Il est le premier Français à réaliser cet exploit !
Mais surtout il devient recordman du monde de la traversée de la Manche à la nage. Il bat le précédent record de l’Allemand Arnst VierKotter de 1 heure et 30 minutes, réalisé dix jours auparavant. Un exploit également physiologique, car Géo Michel perd 4 kilogrammes durant l’effort. Sa vitesse de progression est enregistrée à une moyenne de 3,014 km/h, quand celle de Webb n’avait été que de 1,346 km/h en 1875.
La foule est présente pour l’ovationner et l’accueillir triomphalement. Il est rapidement conduit vers une auberge pour un bain chaud. Après un breakfast , sans pain français, vient la séance de dédicace au public.

UN EXPLOIT HONORÉ
Les festivités se succèdent.
À Folkestone, il est reçu par le consul de France. À Calais, il reçoit le titre AC92044_1Fi1724de citoyen d’honneur. À Lille, il reçoit la médaille vermeille de la Ville.
Des cérémonies ont lieu en son honneur à Boulogne-sur-Mer et, évidemment, en l’Hôtel de Ville de Levallois. Il est reçu, le 26 octobre 1926, avec le champion du monde du 1 000 mètres, le Levalloisien Séraphin Martin.
En 1927, on lui décerne le 16ème Grand Prix de l’Académie des Sports.
Le record de Géo Michel tiendra 24 ans. Il sera battu en 1950 par l’Égyptien Hassan Abdel Rehim, au crawl, avec un temps de 10 heures et 50 minutes.

Partager.

A propos de l'auteur

La Rédaction d'Info Levallois exerce au sein de la Direction de la Communication de la Ville de Levallois. Toute l'équipe a un seul objectif, vous informer tout au long de l'année de l'actualité levalloisienne, et ce, dans tous les domaines.

Comments are closed.