FRÉDÉRIC HAVAS

0

Havas monte au filet !

Ancien volleyeur international, Frédéric Havas, 45 ans, entraîne l’équipe 1ère féminine du LSC Volley, leader de sa poule en Nationale 2 (3ème division).
Champion de France avec le Paris Volley en 2008, Fred a disputé des ligues des champions en club, mais aussi des ligues mondiales, des championnats du monde et d’Europe avec les Bleus. Celui qui fut également consultant pour Ma Chaîne Sport s’est livré à cœur ouvert pour Info Levallois.
Propos recueillis par Maxime Douté.

Frédéric, joueur, coach ou consultant ?
Technicien, c’est beaucoup plus pointu. Il ne faut rien laisser au hasard !
En tant que joueur également ?
Oui, mais cela se limite à soi, alors qu’un coach doit avoir une vision collective.
Ta première pensée le matin ?
J’ai le réveil lent. Je pense à allumer la machine à café.
Quelle heure est-il généralement ?
7h. Ensuite, je m’occupe de ma société Havas Coaching, un studio de fitness.
Ta dernière pensée avant de dormir ?
Mes trois enfants, Kiara, 10 ans, Paloma, 8 ans et Jonah, 3 ans.
Selon toi, ta principale qualité ?
Ma détermination.
Ton plus grand défaut ?
Mes certitudes dans mon domaine de compétences.
Le plus facile au volley…
S’amuser !
Le plus difficile…
La constance et la régularité dans le point, dans le set, dans le match, dans la saison, dans une carrière (rires).
Contre ou smash ?
J’aime bien les deux ! Mais, je suis un attaquant dans l’âme, donc smash !
Le LSC Volley en trois mots ?
Potentiel, Nombre, avec près de 300 licenciés, et Plaisir.
Les filles de l’équipe 1ère en trois mots ?
Potentiel, Appliquées, Collectives !
Leur point fort ?
Notre quantité qualitative (rires). C’est un effectif riche en nombre et en qualité.
Leur point faible ?
Notre manque de constance dans la durée, mais on y travaille.
Ton meilleur souvenir de compétiteur ?
C’est moche, mais je n’ai jamais pris de réel plaisir à gagner.
J’étais juste heureux de ne pas avoir à supporter le poids de la défaite. Plus qu’un résultat, j’ai une anecdote. Un an avant les JO de Sydney, je fais partie des meilleurs attaquants du championnat. Mais, en Équipe de France, le coach ne me veut pas. Au final, il me prend quand même dans le groupe, qui allait essayer de se qualifier pour les Jeux. J’en suis très fier, car ce n’est jamais simple de faire changer d’avis un coach, surtout quand on n’a pas ses faveurs. Je retiendrai aussi mon retour de blessure, alors que l’incertitude régnait sur la suite de ma carrière, après une opération des deux tendons rotuliens par le Professeur Saillant.
Et le pire ?
Notre non-qualification pour les JO de Sydney dans des circonstances un peu étranges, avec une poule remodelée au dernier moment…
Si tu devais choisir un club ?
Tours et Paris, même si j’ai joué 8 ans à Sète. À Tours, j’avais 24 ans et je jouais devant 5 000 personnes.
J’avais l’impression de voler dans cette salle. J’y ai pris vraiment une autre dimension. À Paris, j’avais 35 ans et je jouais sûrement mon meilleur volley, avec un titre de champion à la clé.
Ligue des champions ou Ligue mondiale ?
Deux gros événements, qui te donnent le sentiment de participer à quelque chose de grand, de baigner réellement dans un environnement professionnel.
J’ai joué la Ligue des champions avec Paris et Numancia, mais je dirais Ligue mondiale, parce que c’est l’Équipe de France.
Ton rêve ultime ?
Descendre à 200 mètres sous l’eau en apnée. Mettre la tête sous l’eau, c’est voyager sur une autre planète.
Le jour que tu n’oublieras jamais ?
La naissance de mes enfants. Mon aînée Kiara est née en 2008, trois semaines avant le titre avec Paris.
Lorsque nous jouons la demi-finale contre Tourcoing, je n’ai pas dormi depuis trois jours, mais je sors mon meilleur match de la saison. C’était trop facile, j’étais papa (sourire) !

Partager.

A propos de l'auteur

La Rédaction d'Info Levallois exerce au sein de la Direction de la Communication de la Ville de Levallois. Toute l'équipe a un seul objectif, vous informer tout au long de l'année de l'actualité levalloisienne, et ce, dans tous les domaines.

Comments are closed.

http://www.thedreampainter.com hermes replica http://www.simondeli.com http://www.weeklyleak.com replica handbags hermes replica http://www.transglobalcm.com hermes replica https://www.9replicabag.com replica bags replica handbags http://www.fasc.net replica hermes hermes replica https://www.9replicabag.com replica bags replica handbags http://nwaedd.org replica hermes hermes replica hermes replica replica hermes http://www.gretel-killeen.com yeti cups cheap yeti cups cheap canada goose