Folk, Soul

0

Imany, la voix chaude de la soul française

Il était impossible de passer à côté du succès planétaire Don’t be so shy, remix extrait du deuxième album de la voix chaude folk and soul d’Imany. Le 25 novembre, Salle Ravel, la chanteuse française interprétera cet opus plus intimiste que jamais, mais toujours aussi combatif. Interview.
Propos recueillis par Ingrid Roulot-Gamboa

Info Levallois : Don’t be so shy, titre extrait de la BO du film Sous les jupes des filles sorti en 2014, a été remixé par les djs russes Filatov & Karas qui est devenu un succès planétaire en 2016. Qu’avez-vous pensé lorsque vous avez constaté l’ampleur du phénomène de ce remix qui existait, un peu, malgré vous…?
Imany : Tout d’abord, ça m’a fait rire. Je n’ai pas bien compris ce qui m’arrivait sur le coup. Mais je suis reconnaissante pour tout ce que ce morceau m’a apporté. Ça m’a permis d’ouvrir ma musique et mon univers au plus grand nombre. J’ai beaucoup de chance.

Vos deux albums sont en anglais. Est-il
désormais envisageable d’écrire en français ?
J’ai déjà écrit plusieurs titres en français, mais ils n’ont pas pesé lourd dans la balance, lors du choix des titres de l’album. Il a fallu choisir les meilleures…
Mais je ne désespère pas d’avoir des titres en français, en effet !

Comment avez vous construit votre univers musical
dans une famille militaire puis une école militaire ?
J’ai grandi dans une famille avec un père militaire, mais qui écoutait quand même de la musique, la radio et parfois des vinyles. Je me suis fait mon éducation musicale toute seule, à l’âge du lycée, les filles de ma chambre écoutaient Nirvana, j’ai eu ma grosse période Nirvana… Puis, au fur et à mesure de mes voyages et surtout lorsque je m’installe à New York.

Repérée dans le métro parisien, vous démarrez ainsi
une carrière de mannequin qui vous mènera à New York. C’est là que vous basculerez du mannequinat à la chanson. Vous parlez du 11 septembre comme un réveil ?
Ces sept années de mannequinat m’ont fait grandir. Il a fallu apprendre à me débrouiller seule et ne pas compter sur papa, maman. Sept ans durant lesquels j’ai fait du mannequinat, mais aussi des mois sans contrat, durant lesquels j’ai dû faire des petits boulots en tout genre. Le 11 septembre a fait très mal…
Il y avait de moins en moins de travail et ça m’a mis la claque nécessaire pour me dire qu’il était temps de travailler pour faire quelque chose que j’aimais vraiment…

On parle souvent de vous comme une combattante. Vous
êtes d’ailleurs ambassadrice pour la recherche contre l’endométriose. Est-ce un moteur d’écriture ?
J’ai toujours été touchée par les injustices, les problèmes environnementaux…
Petite, je m’insurgeais déjà contre les personnes qui jetaient des papiers par terre ou contre la misère. C’est ma nature.
C’est un moteur dans l’écriture de mes chansons et dans le choix des combats que je mène. Généralement, un mot me vient et le reste du texte suit naturellement. Puis vient la mélodie…

Vous écrivez vos chansons, mais vous écrivez aussi des
textes… Que vont devenir vos écrits?
Oui, j’ai écrit plusieurs petites histoires que j’aimerais publier un jour, pourquoi pas ? Mais ça fait un petit moment déjà, il faudrait les revoir et se pencher un peu plus sur la question.
Je n’ai pas encore trouvé le temps…

Imany
Samedi 25 novembre à 20h30
Salle Ravel
33 rue Gabriel-Péri
01 47 15 76 76

Partager.

A propos de l'auteur

La Rédaction d'Info Levallois exerce au sein de la Direction de la Communication de la Ville de Levallois. Toute l'équipe a un seul objectif, vous informer tout au long de l'année de l'actualité levalloisienne, et ce, dans tous les domaines.

Comments are closed.