EXPOSITION DU 28 SEPTEMBRE AU 20 OCTOBRE 2019

0

Levallois au temps des impressionnistes

Levallois fut en son temps une place forte de l’impressionnisme, notamment avec l’Île de la Jatte, qui a inspiré ce courant pictural. C’est la raison pour laquelle la Ville de Levallois a rejoint en 2019 le label européen Impressionisms routes, initié par l’association Eau & Lumière, permettant de valoriser le patrimoine des communes, dont Levallois, empreintes de l’histoire de l’impressionnisme. Dans ce cadre, afin de mieux faire connaître aux Levalloisiens le rôle de la commune dans la naissance et l’essor de ce mouvement, une exposition est organisée à Levallois en l’Hôtel de Ville du 28 septembre au 20 octobre 2019.

Créée en 2009, l’association Eau & Lumière regroupe plusieurs villes de la boucle de Seine et mène, avec l’appui du Ministère de la Culture, le projet de labellisation Impressionisms Routes, validé en 2018 par le Conseil de l’Europe. La Ville a décidé d’adhérer à l’association qui, par son réseau international et ses actions de communication, permet de mieux valoriser le patrimoine des communes, dont Levallois, empreintes de l’histoire de l’impressionnisme, notamment autour du site de l’Île de la Grande Jatte.
Entre contexte historique national et local avec Levallois, ville à l’image de son époque à la fois laborieuse et laboratoire d’innovations, et présentation des caractéristiques de ce mouvement artistique, l’objectif de cette exposition est de permettre de mieux connaître, voire découvrir pour les plus jeunes, l’histoire et les grandes figures de l’impressionnisme ainsi que l’environnement politique, économique et culturel de l’époque.

Une exposition immersive et accessible à tous les publics
Composée de plusieurs univers, l’exposition présentera la naissance de ce mouvement artistique novateur avec ses caractéristiques tout en montrant les singularités de cette époque en mutation. Entre immersion numérique autour des dernières technologiques de projection et reconstitution de scènes évoquant l’atmosphère de la fin du XIXe siècle, ce projet a vocation à proposer au public une plongée au coeur d’un univers fait de couleurs et de jeux de lumières. Avec la présentation d’oeuvres et documents originaux, l’exposition offrira une approche de l’art et de l’histoire pour tous les publics, avec de très nombreuses actions pédagogiques.

LES UNIVERS DE L’EXPOSITION
Une époque en mutation

Naissance de l’impressionnisme
Un contexte porteur de mutations profondes
À la faveur de la Révolution industrielle, la société française s’est transformée sous l’impulsion de Napoléon III, plus vite qu’en aucune autre période de son histoire. Les premières années de la IIIe République représentent elles seules une période d’hésitation sur la nature du régime politique naissant. Entre transformations économiques et sociales, avec en toile de fond une révolution profonde sur le plan technique, culturel et urbanistique, la seconde moitié du XIXe siècle porte en elle tous les éléments fondateurs de l’impressionnisme.

L’émergence d’un mouvement artistique novateur
Voulant brosser une peinture de leur temps, les impressionnistes acceptent également un héritage, qu’ils transforment en y associant leurs propres ambitions artistiques. L’ambition d’indépendance des futurs impressionnistes s’est construite tout au long des années 1860, durant lesquelles ils peinent toutefois à se faire une place dans un système artistique encore largement contrôlé par l’État et l’Académie des beaux-arts.
Lassés d’en être bannis, leurs tableaux étant régulièrement refusés par les jurys du Salon, ils décident de s’en affranchir totalement et de monter leurs propres expositions.

L’aventure des impressionnistes 
ce que poursuit ce mouvement
Dans un siècle en pleine mutation, les impressionnistes portent sur le monde qui les entoure un regard jusque-là inconnu.
En représentant le réel plutôt que l’histoire ou le mythe, en s’efforçant de traduire le mouvement sans s’embarrasser d’une quelconque fidélité aux genres picturaux traditionnels, ces artistes font le choix d’une posture particulière, consistant à observer et à traduire le monde autour d’eux.

Marchands, collectionneurs, galeristes, ces autres visages de l’impressionnisme
Dans les années 1880 et au début des années 1890, les impressionnistes confortent leur place sur la scène artistique française et internationale. Désormais, les peintres fédèrent autour d’eux un réseau de marchands et de critiques dynamiques et fidèles qui achètent et vendent la peinture impressionniste, à laquelle ils offrent des conditions d’exposition nouvelles, tandis que des journalistes s’attachent à la défendre dans les colonnes des quotidiens.

Le mouvement impressionniste à Levallois
Commune naissante, la ville de Levallois est à l’époque marquée par une vie culturelle et intellectuelle foisonnante. La première bibliothèque municipale est ainsi fondée en 1878 et un premier catalogue est publié dès 1885. Afin de contribuer à l’évolution des beaux-arts, les artistes levalloisiens se regroupent autour de différentes associations, telles l’Union artistique et littéraire de Levallois-Perret (1888), les Artistes de Levallois-Perret (1896) ou encore la Société des Artistes de Levallois (1896).

Comme partout en France, le mouvement impressionniste divise. Ainsi Alfred Le Petit, caricaturiste levalloisien, publie des dessins très critiques dans la revue Le Charivari. Les soutiens, eux aussi, s’organisent : le critique levalloisien Jean Ajalbert, avocat et proche de plusieurs artistes, publie dans la Revue moderne une étude sur le dernier Salon des impressionnistes, relatée dans La Gazette de Neuilly et de Courbevoie du 4 juillet 1886.

Le geste impressionniste
La révolution des techniques de peinture
Le XIXe siècle fut une période d’innovation dans le domaine du matériel pour artiste. Chose nouvelle, les peintres peuvent désormais se procurer une grande diversité de fournitures prêtes à l’emploi : des toiles préparées déjà montées sur châssis ainsi que des couleurs en tubes. L’usage de la pleine pâte, c’est-à-dire d’une matière épaisse et couvrante, s’est répandu dans les ombres comme les lumières.

Plein air et atelier
Pour beaucoup, l’enjeu du plein air est de saisir la sensation que l’artiste éprouve devant le sujet de son oeuvre, grâce à une gamme chromatique lumineuse, détachée des couleurs sombres associées à la peinture académique. Tandis que le plein air reste le point de départ d’une partie des impressionnistes, l’inévitable travail de l’oeuvre en atelier – qu’il s’agisse de son achèvement ou de sa réalisation tout entière – conserve une place importante.

La couleur
La couleur est, au XIXe siècle, un champ d’exploration en science comme en art. La loi du contraste simultané des couleurs, énoncée en 1839 par le chimiste Michel-Eugène Chevreul, a inspiré les peintres,jusqu’à devenir un cheval de bataille de la peinture néo-impressionniste.

Les thèmes de prédilection des impressionnistes
Des paysages urbains aux bords de mer, les impressionnistes ont représenté la ville et la nature autour d’eux. Dans les années 1870, ils font la part belle aux motifs périurbains, tranchant avec les codes traditionnels de la peinture de paysage. Leur approche rompt également avec la pratique académique du paysage. Ce n’est plus la nature idéale et poétique qu’ils choisissent de représenter, mais le réel autour d’eux.
Considéré par la tradition comme une des plus hautes branches de l’art, le portrait a été pratiqué par la quasi-totalité des impressionnistes. Même s’il connaît la concurrence de la photographie naissante, il reste pour eux un merveilleux terrain d’expérimentation, tout comme les scènes de la vie moderne ou bien encore les natures mortes qui deviennent pour eux un laboratoire fécond.

La Seine, site majeur de l’impressionnisme étape à la Grande Jatte
Un lieu d’inspiration prisé les bords de Seine
La vallée de la Seine, depuis Gennevilliers, Argenteuil, Asnières, l’Ile de la Grande Jatte, Courbevoie jusqu’à Chatou, Bougival, Croissy, et Giverny, devient un des lieux de prédilection des impressionnistes. Peintres paysagistes, ils s’inspirent de la Seine, tant pour transcrire le réel de la nature (mouvements et couleurs du fleuve, variation des lumières au fil des saisons, végétation des rives…), que pour refléter la vie moderne, entre industrialisation et développement des loisirs.

Les représentations de l’Ile de la Jatte dans la peinture impressionniste
La Grande Jatte, île la plus proche de Paris et particulièrement facile d’accès en embarquant à bord d’un bac, se révèle très appréciée des impressionnistes qui y plantent leurs chevalets. Monet et Sisley, dès 1873, réalisent plusieurs tableaux puis Van Gogh et Seurat, figure du néoimpressionnisme, s’emparent à leur tour, à partir de 1885, de cette source d’inspiration.
Il en découle des oeuvres à ce jour très célèbres. Un dimanche à la Grande Jatte de Seurat est ainsi reconnu comme le manifeste du néo-impressionnisme.

La Seine, un lieu de vie et de loisirs 
Paradoxalement ignorée lors de la création de Levallois, la Seine va constituer le terme naturel de l’expansion de la nouvelle agglomération. Le temps du village Levallois, les bords de Seine sont longés par un chemin de halage. L’Ile de la Jatte reste alors dans un cadre bucolique avec son barrage et la maison du barragiste.
Durant les années 1883-1885, un port sur la rive droite de la Seine est construit afin de fournir un nouvel axe économique de développement. L’Ile de la Grande Jatte devient alors un lieu de loisirs sur laquelle se développent les guinguettes. Elles s’y multiplient avec des dénominations aussi diverses que Le Petit Poucet (qui existe toujours), L’Artilleur, Le Petit Trianon ou Le Moulin Rouge, chacun d’eux ayant sa propre histoire.

 

LES TEMPS FORTS DE L’EXPOSITION

Un week-end à la découverte de l’impressionnisme
Le samedi 5 et le dimanche 6 octobre, le public pourra assister à des déambulations en costumes d’époque et participer à des jeux et animation représentatifs de la seconde moitié du XIXe siècle. Outre cette plongée au coeur de l’histoire, plusieurs temps forts marqueront ce week-end.

Samedi 5 octobre à 15h
Conférence
La vie à l’époque des impressionnistes Une France en mouvements
Par Arnaud-Dominique Houte, professeur d’histoire contemporaine à Sorbonne-Université. Le courant impressionniste triomphe dans le dernier tiers du XIXe siècle, au moment où la société française connaît d’importants bouleversements, dont les artistes sont les acteurs et les témoins.
La République naît sur les cendres de l’Empire et de la Commune, à l’heure où se développent les principes démocratiques. Liberté, égalité, fraternité ? La devise reste fragile, à l’heure d’une croissance industrielle qui creuse les inégalités et nourrit la colère sociale. Si le confort s’améliore dans toutes les couches de la société, c’est la bourgeoisie qui connaît un véritable âge d’or. Comme le révèle le succès de Renoir, elle donne le ton de l’époque et diffuse des valeurs d’un autre type, fondées sur la famille et l’intimité. Peintres de la modernité urbaine, les impressionnistes gardent pourtant un intérêt particulier pour la nature, qu’ils savent déjà menacée. Cette inquiétude est aussi celle d’une société du XIXe siècle qui découvre l’accélération de l’histoire.
Salle des mariages

Samedi 5 octobre à 18h
Concert Au temps des impressionnistes
Par l’ensemble Art&Muses
Voyage au coeur de la Belle-époque, dans l’univers artistique d’un salon privé où se rencontrent mécènes, peintres, musiciens et poètes. L’ensemble Art&Muses propose une découverte de l’univers des impressionnistes, au fil d’un spectacle d’1h15 environ.
Salle des mariages 

Dimanche 6 octobre à 15h
Table ronde animée par la journaliste Karine Papillaud
Regarder l’impressionnisme : des oeuvres des maîtres aux romans contemporains.
Confronter les connaissances scientifiques à des parcours fictionnels écrits par des auteurs de renom dont Michel Bernard (Deux remords de Claude Monet) et Sophie Chauveau (Manet, le secret).
Salle des mariages

Dimanche 6 octobre à 16h 
Spectacle
Peintres aux semelles de vent Claude, Alfred, Georges, Vincent et les autres – Monet, Sisley, Seurat, Van Gogh – traduisaient avec le pinceau ce que leur racontaient l’instant, les couleurs, l’air, l’eau et la lumière…
Le XIXe siècle leur avait offert deux cadeaux : la photographie, qui les affranchissait de restituer les êtres et les choses à l’identique, et la peinture en tube qui transformait chaque coin de nature en atelier à ciel ouvert. Il y avait un fleuve, il y avait une île, et il y avait ces hommes que l’on appellerait plus tard les “impressionnistes” et c’est à leur rencontre que vous convie la conteuse Montaine Loisier, compagnie Kokkino.
Salon Ronsard
À partir de 6 ans

DANS LE CADRE DE CIN’EIFFEL À LA MÉDIATHÈQUE
Jeudi 3 octobre à 19h30 Quand les impressionnistes découvrent le Japon
De Jacques Lambert, Philippe Picard.
“Lorsque le Japon s’ouvre à l’Occident, au XIXe siècle, des voyageurs rapportent objets d’art et estampes en Europe. Pour Monet, Manet, Whistler, Van Gogh, Gauguin et Bonnard…, l’art japonais est une révélation et bouscule la peinture occidentale. Les impressionnistes et les avant-gardes de toute l’Europe, en réaction contre l’académisme, succombent à cette mode, à cette passion : le japonisme… En un demisiècle, le japonisme va submerger tous les arts, de la peinture aux arts décoratifs, de l’opéra à la danse.”
Projection et débat en présence d’un des réalisateurs.
Médiathèque Gustave-Eiffel

Partager.

A propos de l'auteur

La Rédaction d'Info Levallois exerce au sein de la Direction de la Communication de la Ville de Levallois. Toute l'équipe a un seul objectif, vous informer tout au long de l'année de l'actualité levalloisienne, et ce, dans tous les domaines.

Comments are closed.

http://www.thedreampainter.com hermes replica http://www.simondeli.com http://www.weeklyleak.com replica handbags hermes replica http://www.transglobalcm.com hermes replica https://www.9replicabag.com replica bags replica handbags http://www.fasc.net replica hermes hermes replica https://www.9replicabag.com replica bags replica handbags hermes replica replica hermes http://www.gretel-killeen.com yeti cups cheap yeti cups