EXPO AUTISTE ET ALORS ?

0

Du handicap à la différence

Accrochée aux grilles du Parc de La Planchette, comme accrochée dur comme fer à l’espoir que ces enfants soient enfin acceptés tels qu’ils sont, l’exposition photos Autiste et alors ? s’affiche à Levallois jusqu’au 25 novembre. Au total, 26 clichés de Yann Arthus-Bertrand, Nikos Aliagas ou encore Audrey Guyon. Pour bousculer les idées reçues.
Par Ingrid Roulot-Gamboa

Lautisme n’est pas un handicap mais unedifférence” souligne Olivia Cattan, présidente de SOS Autisme France, à l’origine de ce projet et maman de Ruben, 12 ans, atteint de troubles autistiques. Environ 650 000 enfants et adultes seraient atteints de troubles du spectre de l’autisme (TSA) en France, selon les associations. Un nouveau-né sur 100 serait concerné. En France, 80 % des enfants atteints d’autisme ne sont pas scolarisés et l’accès aux activités extra-scolaires reste encore très limité dans de nombreuses communes. “En ce qui concerne la prise en charge des enfants autistes, nous avons 40 ans de retard en France. Les méthodes éducatives utilisées aux États-Unis depuis cinquante ans n’ont été validées ici qu’en 2012” souligne Olivia.

LA VIE EN NOIR ET BLANC
Le long du Parc de la Planchette, des scènes de vie sur différentes thématiques, comme l’école, l’accès au sport ou à la culture, mais aussi le travail, la sexualité… se traduisent sur grand format, en noir et blanc souvent, mais toujours avec bienveillance. “L’autisme est trop souvent vu sous un prisme médical” explique Olivia. “Ce que je voyais comme photos sur l’autisme véhiculait encore et toujours l’idée de l’enfant enfermé dans sa bulle, avec, par exemple, des images d’enfants enfermés dans des ballons… Avec cette exposition, je lutte notamment contre ces clichés qui sont les plus répandus.”

SENSIBILISER LES PASSANTS
À l’inverse, dans cette exposition, nous aurons donc droit à des sourires, à de l’amour, à des célébrités du cinéma, de la télévision et du théâtre, mises en lumière pour soutenir la cause et faire changer le point de vue de la société sur l’autisme. “Sensibiliser les passants, c’est important ajoute Olivia Cattan. Il faut lutter contre les préjugés des autres parents, de certains professeurs récalcitrants… Lorsque j’ai voulu inscrire mon fils au sport dans une ville, je me suis retrouvée confrontée à plusieurs murs. Un club m’a dit, par exemple, que celui-ci n’avait pas d’infrastructures pour l’accueillir… Mais il n’a pas de fauteuil roulant ! Il est toujours accompagné et ne nécessite pas de structure particulière”. Et pour Olivia, une belle photo touche souvent bien davantage qu’un long discours. Classés par thème de la vie quotidienne, les clichés sont accompagnés de textes qu’elle a signés afin d’ouvrir une nouvelle fenêtre surcette différence.En constante évolution, l’exposition attire de nouveaux photographes, comme Vincent Perez récemment, afin de véhiculer une image réaliste de l’autisme… “Chaque shooting photo est unique, s’émerveille Olivia. Sur la base du volontariat, l’enfant se prête au jeu du modèle et le photographe vient à sa rencontre dans un moment de sa vie quotidienne. En les valorisant ainsi, on peut les aider à aller loin et vers l’autonomie”.

Exposition Autiste et alors ?
Avec des clichés de Yann Arthus-Bertrand, Nikos Aliagas, Anne Guyon…
Sur les grilles du Parc de la Planchette
Jusqu’au 25 novembre

À LEVALLOIS, UNE INTÉGRATION RÉUSSIE ET CONCRÈTE
À Levallois, l’intégration des enfants autistes et de tous les enfants en situation de handicap, est, sous l’impulsion personnelle d’Isabelle Balkany, devenue une réalité et ce depuis longtemps. Sur le plan scolaire, on compte deux ULIS (Unités Localisées pour l’Inclusion Scolaire) dans les écoles publiques Jules-Ferry et Françoise-Dolto et une ULIS à l’école privée Sainte-Marie. Une classe pour enfants autistes est ouverte depuis 2012 à l’école élémentaire Buffon, en partenariat avec l’Institut MédicoÉducatif (IME) Siss-Appedia. Ces ULIS trouvent leur prolongation dans les collèges, Danton et Jean-Jaurès. Côté sport, le Levallois Sporting Club accueille les enfants souffrant de handicap, dont les jeunes autistes, dans de très nombreuses sections.
C’est le cas de l’athlétisme, de l’escalade, du judo, du tennis de table, de l’escrime, de la natation, de la boxe (avec une activité spécifique handiboxe) du tennis, de la danse, du  trampoline, du football, du badminton, de la pétanque, du cyclotourisme, du triathlon, du volley, de la Gym artistique et du Fit N’forme, soit plus de la moitié des sections du club. Le LSC possède même un référent handicap, en la personne de son Directeur sportif, Robert Citerne, multi-médaillés olympique Handisport et chaque section comprend un référent technique permettant d’accueillir les jeunes Levalloisiens souffrant de handicap.

LA CULTURE, AUSSI
Dès novembre, en partenariat avec la Municipalité, l’association SOS Autisme France, met en place, à L’Escale et au Conservatoire Maurice-Ravel, des ateliers artistiques, théâtraux et musicaux inclusifs, pour tous les enfants sans exception, autistes, non-autistes, précoces, dyslexiques, diphasiques… avec des professeurs formés à la différence et à l’intégration de tous. Pendant les vacances scolaires, des Masters class seront proposées avec des artistes.

Partager.

A propos de l'auteur

La Rédaction d'Info Levallois exerce au sein de la Direction de la Communication de la Ville de Levallois. Toute l'équipe a un seul objectif, vous informer tout au long de l'année de l'actualité levalloisienne, et ce, dans tous les domaines.

Comments are closed.

https://www.caviarbase.com http://www.simondeli.com http://www.weeklyleak.com replica handbags replica handbags hermes replica replica bags replica handbags replica hermes https://www.9replicabag.com replica bags replica handbags http://nwaedd.org replica hermes hermes replica hermes replica replica hermes http://www.gretel-killeen.com yeti cups cheap yeti cups