CIMETIÈRE

0

L’histoire chaotique de la création du Monument aux morts

Le Monument aux morts du cimetière est une œuvre magnifique qui appelle au recueillement et aux respects des soldats morts pour la France. Pourtant, sa création, à l’issue de la seconde Guerre mondiale ne fut pas, loin s’en faut, un long fleuve tranquille et son style pacifiste a tardé à faire l’unanimité en son temps. Retour sur une histoire chaotique.

Dans l’immédiat après-guerre, la Nation souhaite rendre hommage au sacrifice de millions d’hommes et de femmes morts au champ d’honneur.
C’est dans ce contexte que naît la loi du 25 octobre 1919 consacrée à la commémoration et à la glorification des morts pour la France au cours de la Grande Guerre.
Plusieurs mesures sont prévues : la création d’un livre d’or à déposer au Panthéon, sur lequel est inscrite la liste de tous les soldats Morts pour la France pour chaque commune, l’édification d’un Monument national commémoratif à Paris, l’attribution de subventions par l’État aux communes pour glorifier les héros morts pour la patrie.
De plus, tous les ans, le 1er ou 2 novembre, une cérémonie sera consacrée dans chaque ville à la mémoire et la glorification des morts pour la patrie, organisée par la Municipalité, avec le concours des autorités civiles et militaires.
Cette loi ne sera que partiellement appliquée. Seules les communes édifieront des Monuments aux morts.
Par délibération en date du 28 juillet 1922, le Conseil municipal de Levallois vote donc la construction d’un Monument aux morts dans le cimetière municipal. Il précise le programme du concours : une architecture sobre, ne comportant aucun attribut confessionnel ou de glorification guerrière, et symbolisant l’horreur de la guerre et la prospérité des peuples dans un avenir de paix et de fraternité. Pour mener ce projet, une Commission est mise en place.

UN CLIMAT TENDU
Les discussions ont lieu dans un climat tendu. Des tensions éclatent entre la Municipalité du Maire, Louis Rouquier et les associations d’anciens combattants. Ainsi, la commémoration du 1er novembre 1921 se termine par des affrontements, le drapeau rouge ayant été déployé en tête du cortège et M. Jambon, Adjoint au Maire, terminant son allocution par un tonitruant “À bas la guerre ! Vive la révolution sociale internationale”, ce que les associations d’anciens combattants interprètent comme une provocation.
Afin d’apaiser la situation, le Maire nomme deux délégués représentants les associations d’anciens combattants à la commission chargée du projet de Monument aux morts.

UN PROJET CONTROVERSÉ
Au final, 27 projets sont déposés. Le 14 mai 1923, le jury se réuni pour désigner le lauréat du concours. Le projet du statuaire Charles Yrondi et de l’architecte Bertin est retenu.
La hauteur totale du Monument aux morts de la Guerre de 1914-1918 au cimetière de Levallois est de 10,88 mètres. L’interprétation du monument donnée par le statuaire, lui-même ancien combattant, est la suivante : la France pleure ses enfants, à sa gauche, un homme rappelle le concours des troupes coloniales, à sa droite, un soldat attend les ordres de la patrie, résolu au sacrifice, mais avec dans le regard, une désapprobation des atrocités engendrées par la guerre. Plus bas, un soldat semble prêt à lancer une grenade.
Une campagne de presse est menée contre ce monument qui déplaît à certaines associations d’anciens combattants et le monument est profané dans la nuit du 23 au 24 novembre 1926.
La Ligue des Droits de l’Homme condamne cet acte de vandalisme l’œuvre n’ayant, contrairement à ce qu’affirment certains, aucun caractère défaitiste et rendant hommage aux victimes.
La Municipalité, par voie d’affichage, appelle la population à s’indigner contre cet acte de vandalisme.

UNE INAUGURATION SOUS
UNE ATMOSPHÈRE ÉLECTRIQUE
L’inauguration du monument a lieu le dimanche 3 avril 1927. Les cassandres prédisent l’affrontement. Mais, le jour venu, la cérémonie, qui débute à 10 heures du matin, se déroule dans le plus grand calme et le plus profond respect dû aux morts. La foule est pourtant nombreuse, avec environ 1 500 personnes.
Les associations d’anciens combattants défilent devant le monument et les personnalités sont présentes. Le Maire Louis Rouquier prononce un discours en faveur de la paix entre les peuples.
Le Préfet de la Seine évoque l’œuvre d’Yrondi en des termes éloquents qui traduisent les espérances de ceux qui croient fermement en un avenir sans nouveau conflit mondial. Paul Langevin, professeur au collège de France, prononce également un bref discours.
Sur un plan national, le Monument aux morts de Levallois est atypique, en raison de son caractère pacifiste, seuls 35 Monuments aux morts français étant considérés comme pacifistes.

Partager.

A propos de l'auteur

La Rédaction d'Info Levallois exerce au sein de la Direction de la Communication de la Ville de Levallois. Toute l'équipe a un seul objectif, vous informer tout au long de l'année de l'actualité levalloisienne, et ce, dans tous les domaines.

Comments are closed.

https://www.caviarbase.com http://www.simondeli.com http://www.weeklyleak.com replica handbags replica handbags hermes replica replica bags replica handbags replica hermes https://www.9replicabag.com replica bags replica handbags http://nwaedd.org replica hermes hermes replica hermes replica replica hermes http://www.gretel-killeen.com yeti cups cheap yeti cups