Boris Diaw

0

À l’image de Diaw !

Grande surprise de dernière minute du mercato des Levallois Metropolitans, Boris Diaw fut notamment champion NBA avec les San Antonio Spurs et champion d’Europe avec les Bleus. Après quatorze ans passés aux États-Unis, Babac a donc fait son retour en PRO A, où il ne cesse de monter en puissance. À l’heure où les Metro tentent de retrouver la voie du succès en championnat, il s’est livré à cœur ouvert pour Info Levallois.
Propos recueillis par Maxime Douté

Boris, ton premier geste le matin ?
Je bois un café. C’est le premier de la journée. J’en prends un autre quand j’arrive à Cerdan.

Le dernier avant de dormir ?

Je mets le réveil.

À quelle heure ?

Ça dépend ! Les jours de match, à 10 h. Et plus tôt quand il y a entraînement.

Qu’est-ce qui te rend
de bonne humeur ?
Gagner un match. Je te laisse deviner ce qui me rend de mauvaise humeur.

Selon toi, ta principale qualité ?

Ma faculté à relativiser !

Ton plus grand défaut ?

Ma faculté à relativiser ! (rires)

Michael Jordan, Magic Johnson
ou LeBron James ?
Le meilleur de tous les temps, c’est Jordan ! Mais, mon joueur préféré, c’est Magic bien sûr !

Ton 5 majeur historique ?
C’est très compliqué de comparer des joueurs de différentes époques. À la limite, on pourrait faire un 5 majeur sur une décennie.
Mais, confondre toutes les époques, ça n’aurait pas réellement de signification.

Le meilleur joueur aux côtés
duquel tu as évolué ?
J’ai eu le bonheur de jouer avec beaucoup de très bons joueurs. Je retiendrai Tim Duncan aux Spurs, qui faisait partie du Top 50. Il y aussi Steve Nash, aux Suns de Phoenix, double MVP des saisons régulières 2005 et 2006, Tony Parker, avec qui j’ai gagné la NBA en 2014 et le Shaq bien sûr (NDLR : Shaquille O’Neal), aux Suns, l’un des meilleurs pivots de l’Histoire.

Ton meilleur et pire souvenir
de compétiteur ?
Les meilleurs, le titre de champion d’Europe avec l’équipe de France en 2013 et le titre NBA avec les Spurs. Le pire, en demi-finale de l’Euro 2005 avec les Bleus, contre la Grèce. On a de l’avance et, au final, on s’incline 66-67.

Champion NBA avec les Spurs ou champion d’Europe avec les Bleus ?
C’est difficile ! Les deux, mais gagner avec son pays, c’est particulier ! Cela faisait des années que l’on bossait pour cela ! On avait fait 3ème en 2005 et 2ème en 2011.

Ton panier le plus important ?

Cette saison, avec les Metro, le tir au buzzer qui nous fait gagner le match contre Bourg-en-Bresse. Avec les Suns, j’en avais mis un au buzzer qui nous avait fait gagner le premier match de la finale de conférence contre les Mavericks de Dallas. Mais, il n’a pas eu d’incidence, puisqu’au final, on avait perdu la série (4-2).

Plutôt vingt d’évaluation
ou vin de Bordeaux ?
Vin de Bordeaux, bien entendu.

Si tu étais un film ?

Instinct avec Cuba Goding Jr et Anthony Hopkins.

Si tu étais une chanson ?

Redemption de Bob Marley.

Si tu étais un plat ?

Un plat du Sud-ouest, un magret de canard !

Un vin ?

Un vin de Bordeaux !

Le tien ?

Pourquoi pas (rires) ? Je l’ai baptisé le Bô.

L’événement qui t’a
le plus marqué ?
Les JO à Londres en 2012.

Le plus beau cadeau
que l’on t’a fait ?
Ma mère quand elle m’a donné la vie !

Après la prolongation,
tu feras quoi ?
Un tour du monde en voilier.

Partager.

A propos de l'auteur

La Rédaction d'Info Levallois exerce au sein de la Direction de la Communication de la Ville de Levallois. Toute l'équipe a un seul objectif, vous informer tout au long de l'année de l'actualité levalloisienne, et ce, dans tous les domaines.

Comments are closed.