Bonne et heureuse année

0

Les cartes de vœux, entre tradition et modernité

À Levallois, comme partout ailleurs, on se souhaitait une bonne et heureuse année, mais avec
des cartes de vœux levalloisiennes ! Une tradition née en Grande-Bretagne.

La tradition d’envoyer ses souhaits à l’occasion de la nouvelle année sur une carte de vœux est une pratique
relativement récente. Tout commence plus précisément en Angleterre vers le début des années 1840 avec
l’apparition de la première carte postale. En effet, la découverte du procédé de lithographie démocratise l’envoi des cartes de Noël, cartes en couleurs décorées de gui, de houx, de crèches ou encore de sapins enneigés. Ainsi, les cartes de Noël, que l’on adresse durant la période de l’Avent, ont pour fonction de souhaiter un Joyeux Noël à son entourage, mais peuvent, à l’occasion, servir également à envoyer ses vœux pour la nouvelle année.
Cette coutume anglaise se répand dans toute l’Europe et il devient de bon ton en France d’envoyer une carte de Noël. Cependant, en Angleterre et dans d’autres pays, un glissement intervient dans l’utilisation de ces cartes. Progressivement, elles sont utilisées pour souhaiter la nouvelle année. Mais en France, cette évolution est sensiblement différente.

COUTUMES FRANÇAISES

Il existait en France une coutume ancestrale aujourd’hui oubliée et dont ne subsiste que la tradition des étrennes : les visites du nouvel An.
De façon tout à fait rituelle et formalisée, on rendait visite, dans les quinze jours qui suivaient le 1er janvier, à son entourage proche, famille et amis, dont on avait à cœur d’embellir ces jours festifs par des marques d’amitié.
Mais la Révolution française abolit la tradition des étrennes et du jour de l’An dans le calendrier afin de déchristianiser la vie de poursuites. Puis, peu à peu, l’usage revient de se souhaiter la bonne et heureuse année.
Pour autant, ces visites quasi obligatoires étant perçues comme très contraignantes par beaucoup de gens, l’usage apparaît de les remplacer par un passage éclair au domicile de la personne et la remise au concierge d’une carte de visite agrémentée de vœux. Parallèlement à cet usage attesté par des manuels de savoir-vivre du début du XXe siècle, perdure également la coutume ancestrale de l’envoi de lettres au moment de la nouvelle année. On profitait en effet du prétexte des vœux à souhaiter pour renouer des amitiés distendues ou se rappeler au bon souvenir de connaissances éloignées. La carte de vœux telle que nous la connaissons aujourd’hui, c’est-à-dire illustrée et comportant une mention de souhaits, devient peu à peu la meilleure alliée de ces deux pratiques.
Les éditeurs sont prolifiques sur les thématiques et des modes s’installent.

CARTES CARITATIVES
Avec l’avènement de l’informatique et des téléphones portables, il est devenu courant de présenter ses voeux par SMS ou e.mail.
Et si ce moyen semble impersonnel, il est possible d’opter pour une carte virtuelle. Mais, pour les inconditionnels que la carte papier rassure, le papier glacé n’est pas en voie de disparition, toujours durable et précieux. Les cartes écrites à la main ont encore du succès.
Certains pays restent très attachés à l’envoi papier, notamment les pays anglo-saxons.
À cette occasion, les associations caritatives comme l’UNICEF et bien d’autres proposent traditionnellement des cartes de vœux à la vente, ce qui permet à la fois de faire connaître leurs actions à travers le monde, et de trouver des sources de financement complémentaires.
Bonne et heureuse année à toutes et à tous !

Partager.

A propos de l'auteur

La Rédaction d'Info Levallois exerce au sein de la Direction de la Communication de la Ville de Levallois. Toute l'équipe a un seul objectif, vous informer tout au long de l'année de l'actualité levalloisienne, et ce, dans tous les domaines.

Comments are closed.