Aux armes, Levalloisiens !

0

Jusqu’à la seconde guerre mondiale, Levallois, curieusement, ne possédait pas d’armoiries. Retour sur l’histoire de la création d’armoiries qui sont riches en symboles.

Comme l’indique l’État des communes, publié en 1903, la ville de Levallois-Perret ne possédait alors pas d’armoiries.
Pour autant, les Archives municipales de Levallois possèdent quelques projets avortés de blason.

UN PROJET AVORTÉ EN HOMMAGE À NICOLAS LEVALLOIS
L’un d’eux, non daté, ressemble étrangement aux armoiries de la Ville de Paris, avec des abeilles, certes, mais aussi un bateau, un casque ailé, une couronne murale à quatre tours, un soleil…
Autre projet, plus abouti, en janvier 1905, avec des armoiries proposées à la municipalité par Honorace Thivet.
Le blason imaginé est “d’azur portant en cœur un carrosse d’or et en queue un maillet d’argent emmanché d’or, accompagné de deux pichets d’argent placés à dextre et à sénestre ; au chef d’argent portant trois maisons de gueules, placées en bande ; un faisceau de licteur surmonté du bonnet phrygien passe derrière l’écu auquel il est lié par les ornements qui l’accompagne apparait en chef et en queue.”
Le maillet d’or serait, prétend l’auteur de ce projet “l’emblème de la corporation des menuisiers-ébénistes”. Serait-ce un hommage à Nicolas Levallois qui a exercé cette profession au début de sa vie ?
Les deux pichets d’argent, eux, rappelleraient la guinguette installée 85 rue Gide (Paul-Vaillant-Couturier), par le même Nicolas Levallois, le dessinateur affirmant que c’est “en choquant les verres, que beaucoup d’affaires de terrains se sont négociées et que se sont écoulés les billets de loterie donnant droit à un lopin de terre”.
Le carrosse d’or, lui, symboliserait l’industrie de l’automobile devenue si prospère à Levallois.
La Municipalité ne donnera pas suite à ce projet, d’ailleurs, sans donner de raison précise.

DES ARMOIRIES DÉCIDÉES PAR DÉCRET
Bien plus tard, le 4 février 1942, le Lieutenant Robert Louis, sapeur-pompier de Paris et dessinateur héraldiste, écrivait au maire de Levallois, Jules Bled : “J’ai eu l’honneur de m’adresser à vous le 21 septembre 1941 en vous demandant de me faire connaître les armoiries de votre ville. Vous m’avez répondu que Levallois-Perret ne possédait pas d’armoiries.”
Le 18 février 1942, le Préfet de la Seine, Charles Magny, crée une commission chargée d’examiner la composition des armoiries des communes de la Seine avec mission de recueillir tous les documents utiles pour faire l’état des lieux.
Les études menées par la Commission déboucheront assez rapidement sur un arrêté fixant les blasons pour toutes les communes de la Seine qui n’en possédaient pas, dont Levallois-Perret. Daté du 20 juin 1942, cet arrêté détermine pour Levallois le blason suivant : “De gueules à bande d’argent chargé de trois abeilles du champ, accompagnée en chef d’un brûle-parfum d’or et en pointe d’une roue d’engrenage du même”.
Selon le sapeur-pompier héraldiste, Robert Louis, dans un article sur l’historique des blasons des chefs-lieux de canton, “le blason de Levallois concrétise par les abeilles le travail de cette laborieuse cité et les deux industries qui sont à l’origine de la prospérité de Levallois sont rappelées par le brûle-parfum et la roue d’engrenage”.

LES PREMIÈRES ARMES
Le 18 septembre 1942, le Maire, Jules Bled, signe la première commande “d’exécution de travaux d’armoiries”, confiée au même Robert Louis, mais sa demande agrémente d’ornements extérieurs la première version du décret.
C’est ainsi que l’écu de Levallois est timbré puisqu’il est sommé d’une couronne murale avec trois tours qui veut indiquer que la ville est le chef-lieu de canton. L’extérieur du blason, lui, est décoré de palmes, ce qui fait ressortir l’écu sur le fond uniforme du papier à en-tête et qui est plus facile à dessiner et à graver que les feuilles de chêne, d’olivier, de laurier, de vigne ou de cerisier habituellement utilisées.

Partager.

A propos de l'auteur

La Rédaction d'Info Levallois exerce au sein de la Direction de la Communication de la Ville de Levallois. Toute l'équipe a un seul objectif, vous informer tout au long de l'année de l'actualité levalloisienne, et ce, dans tous les domaines.

Comments are closed.