À COEUR OUVERT

0

Kante, itinéraire d’un enfant surdoué !

A 38 ans, Mamadou Kante, ancien footballeur professionnel, est coach des U17 au LSC Football. International malien, le Levalloisien a notamment évolué au Stade malien de Bamako, au Zamalek (Égypte), et au Stade tunisien. Il a disputé la CAN avant de rejoindre l’Europe et le FC Sion. Après une blessure importante, qui l’a éloigné du haut niveau, il a terminé sa carrière en CFA, à Levallois. Pour Info Levallois , il se livre à coeur ouvert.
Propos recueillis par Maxime Douté

Mamadou, ta première pensée le matin ?
La première image, ma famille. Mes deux garçons, Ibrahim, 11 ans, Cheick, 10 ans, ma fille Ouassala, 5 ans et ma femme Khadidja.

Footballeur professionnel ou coach ?
Les deux. Dans mon premier métier, on m’a donné des valeurs ! Dans le second, je m’efforce de les transmettre.

Ta plus grande qualité ?
La gentillesse. Je suis à l’écoute, mais je peux aussi être sévère.

Ton plus grand défaut ?
Je ne parle pas beaucoup ! Je suis assez solitaire. On a du mal à me cerner.

Plus grand footballeur de tous les temps ?
Le Néerlandais Marco Van Basten, un vrai modèle. L’an dernier, j’étais au Camp des Loges, car mes garçons jouent au PSG. Je parle de mon admiration pour Van Basten à Patrick Kluivert, alors directeur sportif du club parisien. Grâce à lui, j’ai pu le rencontrer.

Les meilleurs avec qui tu as joué ?
L’ancien Barcelonais Seydou Keita et l’ancien Madrilène Mahamadou Diarra en équipe nationale. Il y avait aussi mon compère de l’attaque, Frédéric Kanoute et Momo Sissoko, qui a joué au PSG.

Les meilleurs contre qui tu as joué ?
Jay-Jay Okocha et Marc-Vivien Foé.

Le club où tu as préféré évoluer ?
Le FC Sion. Il y avait alors Xavier Gravelaine et Benoit Cauet.

Le joueur du LSC que tu as vu percer ?
Ibrahima Traore qui joue maintenant au Borussia Mönchengladbach. Il s’entraînait avec nous, mais n’était pas encore en senior.

Ton meilleur et pire souvenir de footballeur ?
Les meilleurs, l’accession en 1ère division avec le FC Sion et la victoire en coupe de Suisse. Les pires, les blessures à répétition qui m’ont contraint à m’éloigner du haut niveau.

Levallois, c’est…
En 2006, si je n’étais pas tombé sur une ville comme Levallois après ma carrière au plus haut niveau, je ne serais pas resté en France. Elle m’a adopté. Ici, j’ai pu passer mes diplômes. J’essaie de lui rendre ce qu’elle m’a donné.

L’événement qui t’a le plus marqué ?
Les naissances de mes enfants. Mais, la première est intervenue à un moment très important pour moi. Je venais de comprendre que ma carrière professionnelle était terminée à cause d’une blessure mal soignée à l’origine. L’arrivée de mon premier enfant m’a un peu fait oublier tout cela.

Ton rêve ultime ?
Je n’ai pas pu jouer de Coupe du Monde. Alors, que mes enfants en disputent une (sourire).

Ton plus grand regret ?
De ne pas avoir joué dans un grand club à l’instar de mes amis Diarra et Keita à cause des blessures, alors que tous me disaient que j’en avais les moyens.

Qui sera dans le dernier carré de la coupe du monde, en juillet ?
L’Espagne, le Brésil, l’Allemagne et la France. Ou la Belgique (rires), car elle a un effectif et des joueurs incroyables à toutes les lignes.

Quelle équipe africaine va réaliser le meilleur parcours ?
Il y a le Sénégal, le Maroc, la Tunisie, l’Égypte et le Nigeria. Je mise sur un quart de finale du Nigeria !

Partager.

A propos de l'auteur

La Rédaction d'Info Levallois exerce au sein de la Direction de la Communication de la Ville de Levallois. Toute l'équipe a un seul objectif, vous informer tout au long de l'année de l'actualité levalloisienne, et ce, dans tous les domaines.

Comments are closed.

https://www.caviarbase.com http://www.simondeli.com http://www.weeklyleak.com replica handbags replica handbags hermes replica replica bags replica handbags replica hermes https://www.9replicabag.com replica bags replica handbags http://nwaedd.org replica hermes hermes replica hermes replica replica hermes http://www.gretel-killeen.com yeti cups cheap yeti cups