HUMOUR – MAXIME GASTEUIL

0

Quand il arrive en ville…

Pour Maxime Gasteuil, pas de temps à perdre ! Avec des parrains comme Gad Elmaleh et Kev Adams, ce Saint-Émilionnais ne pouvait démarrer sa carrière d’humoriste que sur les chapeaux de roues. Désormais en tête d’affiche, le provincial débarquera seul à Levallois, Salle Ravel, le 13 avril, avec sa valise de sketchs émaillés de clichés sur les Parisiens… et les Parisiennes !

Propos recueillis par Ingrid Roulot-Gamboa

Info Levallois : Maxime Gasteuil arrive à Levallois… et ça donne quoi ?
Maxime Gasteuil : C’est l’histoire de ce petit gars qui avait tous ces rêves en tête. De son départ de ce petit village de SaintÉmilion à Paris pour essayer de devenir humoriste en 2012. Il est passé par plein d’étapes très compliquées qu’il a extériorisées en écrivant ce spectacle. Je pense qu’ils vont kiffer, les Levalloisiens, il doit y en avoir pas mal qui sont originaires de province comme moi ! Les gens me disent en sortant du spectacle, on a l’impression d’avoir écouté un pote nous raconter des bêtises à table. Il n’y a pas de murs entre l’humoriste et le public… Sinon, à Levallois, je connais So Ouest où je vais me balader, je trouve ça joli…

Vous faîtes les premières parties de la tournée de Gad Elmaleh et Kev Adams dès 2016. Pas mal comme baptême !
MG. : Ils m’ont mis en danger pour que je sois plus fort. Quand je débarquais sur leur scène, il n’y avait aucune annonce. Le public pensait voir Gad ou Kev… L’ambiance retombait. À chaque fois, il fallait faire la différence et montrer aux gens qu’on est capable et qu’on aime ça. J’avais mes 15 minutes qui fonctionnaient bien, mais ils m’ont demandé de changer chaque soir mon texte… Ça m’a fait avancer. J’ai même fait Bercy ! On sort de là plus confiant et plus crédible. Je n’ai pas plus le trac dans une grande salle que dans une petite. Les influences comme Gad et Kev sont nourrissantes. Ce sont des mecs qui ne font que travailler ! J’ai hâte d’être à Levallois parce que c’est une belle salle et qu’elle se remplit bien. Je remercie d’ailleurs tous les Levalloisiens et Levalloisiennes !

Comment expliquez-vous que vous vous soyez retrouvé si vite sous les feux des projecteurs ? 
MG. : Je ne suis jamais conquis par ce que je fais. Mon premier prof de théâtre, c’était mon père charpentier ! À chaque fin de journée, il racontait un truc qui lui était arrivé, en incarnant les personnages… J’ai pris ses mimiques. Quand je suis arrivé ici, je me suis dis, je n’ai pas de temps à perdre. J’ai été au Cours Simon pour apprendre les bases. On nous disait, tant que vous n’avez pas fini la formation; n’allez pas vous montrer ! Je ne pouvais pas tenir… J’étais avec Kevan Khojandi, le frère de Khyan qui créait la série Bref pour Canal+. J’y ai fait de la figuration. Je suis entré dans l’humour un peu grâce à lui. Ils m’ont conseillé des adresses pour me roder. J’ai écris trois minutes et fait des cafés théâtres. Je suis monté sur scène avec une bouteille de Saint-Émilion à la main et voilà. C’étaient les premières bribes du show… Fallait prendre des risques.

Et si vous n’aviez pas quitté Saint-Émilion et n’étiez pas humoriste ?
MG. : J’aurais été un manuel comme mon père. J’aime beaucoup le bois. On finit la journée et on a créé quelque chose ! Dans l’atelier de mon père, j’ai fait des tables avec des pieds pourris, mais je sortais de là en ayant créé quelque chose…  En tant qu’humoriste, il faut beaucoup attendre, mais je m’y habitue..

Maxime Gasteuil arrive en ville…
Vendredi 13 avril à 20h30
Salle Ravel
33 rue Gabriel-Péri
01 47 15 76 76
Tarifs : 20€ et 15€ (TR)

Partager.

A propos de l'auteur

La Rédaction d'Info Levallois exerce au sein de la Direction de la Communication de la Ville de Levallois. Toute l'équipe a un seul objectif, vous informer tout au long de l'année de l'actualité levalloisienne, et ce, dans tous les domaines.

Comments are closed.