LE MOIS DES EXPOS

0

Le voyage comme langage

C’est le mois des expos à Levallois ! Et ce sont trois artistes, trois femmes, trois oeuvres qui dialogueront avec le voyage dans le Péristyle de l’Hôtel de Ville, la Galerie de L’Escale et la Médiathèque Gustave-Eiffel. Les peintures de Monique Baroni, Annie Gaurenne et Viviane Beaufumé alias Vifke inviteront au voyage…

Par Ingrid Roulot-Gamboa

MONIQUE BARONI, EMPORTÉE PAR LA FOULE
Des silhouettes brunes aux parures colorées, le bruissement des étoffes, des lumières franches, le peintre Monique Baroni invite au voyage au coeur des foules du monde, du bonheur de vivre ensemble et des couleurs sublimant les peuples. L’artiste sculpteur levalloisienne, Odette Lecerf, a bien connu l’artiste qui nous a quittés en 2016, à lâge de 85 ans. “J’ai rencontré Monique en 1988, lors de la préparation de l’exposition de l’association Itinéraires à laquelle nous participions toutes les deux. Le Mexique et d’autres pays d’Amérique latine, l’ont beaucoup inspirée par leurs couleurs, la vivacité de leurs marchés… Monique avait besoin de semer du bonheur par des couleurs contrastées, des couleurs heureuses. Un autre point est à souligner : c’est la musique qui a conduit Monique à la peinture et, de ce fait, elle sait faire vibrer les couleurs et je dirais presque qu’elle les faisait chanter. Je crois savoir qu’elle a d’ailleurs été une excellente pianiste. 
Elle peignait beaucoup de personnages dans ses créations, précise Odette, sa fascination pour la foule venait de son grand coeur. Nous avons exposé ensemble à Mexico, à l’IFAL Institut Français d’Amérique Latine, avec d’autres artistes et nous avons pas mal voyagé. Elle était très attentive aux rassemblements, à la foule des petites gens de la rue”. Native de Tarbes, Monique Baroni étudie effectivement d’abord la musique et ce n’est qu’à l’âge de 40 ans qu’elle découvre la peinture. Elle étudie cet art auprès de Jean-Marc Lange et Édouard Georges Marc-Avoy, dans leur studio privé. La théorie chinoise du vide et du plein de nFrançois Cheng lui a beaucoup apportée dans sa composition. Pour moi, le videconfiait-elle dans un documentaire lui étant consacré, c’est la partie du rêve, de la lumière, du voyage… à condition qu’il soit énormément travaillé”. Elle a participé à plusieurs expositions collectives et individuelles, comme celle présentée jusqu’à la fin du mois, à la Galerie de L’Escale..

ANNIE GAURENNE, ON DIRAIT LE SUD
Ocre, jaune et rose… Comme des fenêtres ouvertes sur l’Afrique du Nord, les toiles de la Levalloisienne Annie Gaurenne invitent à la lumière et à la douceur de la vie dans les paysages des ruelles de Biskra, en Algérie, aux portes du désert du Sahara, dans les gorges d’El Kantara, ou encore sur les bords du Nil. Des villageois tout en blanc, de fiers dromadaires et des palmiers détaillés, il est toujours midi dans les toiles d’Annie. Ses arbres, symboles d’exotisme, sont sans aucun doute la signature de l’artiste… Une chaleur intense se dégage de l’oeuvre d’Annie Gaurenne, inspirée par le courant orientaliste, avec ce souci du détail et de la finesse du trait. À près de 80 ans, elle s’évade, encore et toujours, au travers de cartes postales en noir et blanc de la fin du XIXe et début du XXe, ainsi que de photographies qu’elle a prises lors de ses voyages. Annie recrée sur ses toiles les couleurs de cet Orient qu’elle chérit tant, héritage familial longtemps passé sous silence. Née dans un milieu modeste, ce n’est qu’à l’âge de la retraite qu’Annie Gaurenne s’autorise enfin à reprendre les pinceaux. C’est auprès de Christine Loton Mellerio, professeur à L’Escale, qu’elle acquiert les bases, elle qui a toujours peint de manière innée. Et, comme un souffle intérieur, une évidence, c’est la chaleur de cette partie du monde qui transpire de ses toiles. Issue d’une famille de paysans tarbais, elle découvre que sa grand-mère avait vécu en Algérie. “J’ai toujours ressenti le besoin de peindre l’Orient” confie la douce Annie. Ces villages ensablés, elle les a visités plus tard. Aujourd’hui, elle continue de leur donner vie avec les histoires de ses villageois imaginaires qu’elle raconte dans ses peintures à l’huile. Expositions, prix, elle est aujourd’hui reconnue par ses pairs et par les amateurs d’orientalisme. .

VIFKE, LÀ-BAS
“Peindre est déjà un voyage. Voyager, on peut le faire de différentes manières. J’aime les îles, les plages étendues et sauvages. Mais, une fois enfermée dans son atelier, le peintre entame un voyage intérieur et solitaire”.
Viviane Beaufumé, Vifke de son nom d’artiste, a l’abstraction lyrique comme langage depuis une dizaine d’années. Les couleurs vives, dans un jeu de lumière qui caractérise son oeuvre, lui permettent d’exprimer force et vie. Quand on a frôlé la mort, à la suite d’une grave maladie, une énergie décuplée provient de la joie de vivre et de la possibilité de laisser libre cours à sa sensibilité intérieure. Peut-être que, n’ayant pas choisi la plume pour écrire, le pinceau s’est avéré un moyen d’expression non verbal et abstrait qui me convient parfaitement”. 
La force des couleurs est la signature de Vifke, avec des couleurs très vives omniprésentes. Son travail repose essentiellement sur la peinture acrylique, à laquelle elle a progressivement rajouté encre et pastel. Les hasards de la vie l’ont menée dans l’atelier parisien d’Olivier Wahl, où elle a abordé d’emblée l’abstraction. “Le cours d’essai s’est transformé en habitude, et l’habitude en besoin vital, comme une évidence”. La Médiathèque de Levallois présentera lors de l’exposition Ici et Ailleurs les grands formats de Vifke, ceux qui lui permettent de s’exprimer sans contrainte. C’est le corps entier qui est engagé sur la toile, cela donne une plus grande liberté de la gestuelle. La toile forme un cadre, or, le geste, souvent, va au-delà du cadre” Trois expositions, trois peintres, trois styles, trois femmes, à découvrir dans trois lieux emblématiques de l’art à Levallois.

Annie Gaurenne,
L’Orient au-delà du temps
Du 4 au 21 avril
Péristyle de l’Hôtel de Ville
1 place de la République
01 47 15 75 15
Entrée libre

 Monique Baroni, Rétrospective
Jusqu’au 21 avril
Galerie de L’Escale
25 rue de la gare
01 47 15 74 56
Entrée libre

Vifke, Ici et Ailleurs
Jusqu’au 29 avril
Médiathèque Gustave-Eiffel
111 rue Jean-Jaurès
01 47 15 76 43
Entrée libre

L’abstraction lytique de l’alto-séquoinnaise Vivianne Beaufumé, allias VIFKE à la Médiathèque Gustave-Eiffel

La rétrospectice de l’artiste emportée par les foules, Monique Baroni, à la Galerie de L’Escale.

Partager.

A propos de l'auteur

La Rédaction d'Info Levallois exerce au sein de la Direction de la Communication de la Ville de Levallois. Toute l'équipe a un seul objectif, vous informer tout au long de l'année de l'actualité levalloisienne, et ce, dans tous les domaines.

Comments are closed.