DANSE

0

Le renouveau du hip hop chorégraphique…

Stromae, Christine and the Queens et une certaine Madonna… La chorégraphe hip hop Marion Motin, responsable de multiples identités chorégraphiques, a decidemment le vent en poupe. Cette fois, c’est pour sa compagnie aux visages de la féminité, Swaggers, qu’elle crée, avec la personnalité de chacune de ses danseuses, In The Middle, inspiré par son hip hop incarné, ses influences contemporaines et classiques.
À découvrir Salle Ravel, le 2 février.

Le style de Marion Motin a déjà largement fait ses preuves puisque Madonna la choisit en 2012, pour son MDNA tour. Elle y apprend la rigueur, la maîtrise totale du spectacle. “Elle met son nez partout, stylisme, maquillage… J’ai fait le tour du monde avec elle et dansé devant des stades de 70 000 personnes. Mais tu ne peux prendre aucune liberté. Tout est millimétré !” Après la tournée, en 2013, elle chorégraphie Stromae pour qui elle a crée du sur-mesure pour les clips de Papaoutai, Quand C’est, ou Tous les mêmes. “Je me suis enfermée dans la salle de danse avec lui et je l’ai observé bouger. Il est longiligne, il a des bras fins et des mains immenses. Lorsqu’il parle avec ses mains, c’est d’une beauté et d’une justesse…” En 2014, elle collabore avec une autre artiste à la personnalité affirmée, Christine and the Queens. Le clip de Christine sur fond bleu, c’est elle. En 2015, nouvelle expérience, Marion Motin s’attaque aussi à la comédie musicale avec Résiste de France Gall. Une carrière décidemment riche en rebondissements…

UNE COMPAGNIE 100 % FEMMES
Cette fois, sur scène, une femme, un grand chapeau noir sous une rampe de lumière blanche se laisse pénétrer par la musique à l’âme flamenca de El Desierto de De Sela Lhasa. Jusqu’au bout des doigts, l’interprète épouse ce souffle hispanique avec une gestuelle basée sur les fondamentaux du hip hop. Puis, au centre du cercle de lumière, une seconde danseuse, tout de noir vêtue, la remplace et s’exprime sur la musique et c’est une troisième femme qui intervient et rajoute son grain de sel. C’est finalement ainsi que la talentueuse Marion Motin conçoit de créer pour Swaggers, sa compagnie 100 % femmes, née en 2009. “C’est un groupe de filles qui ont, chacune, un univers et des choses à dire, confiait-elle à l’émission Tie Break. J’échange beaucoup avec elles. Swaggers, c’est plein d’identités et de personnalités. Je n’ai pas envie de les brider, au contraire, on développe ensemble. Avec dix cerveaux et dix corps, on va tellement plus loin !”

DANSE ORGANIQUE
Le style Motin, c’est une danse organique et instinctive. La danseuse chorégraphe observe les conséquences du mouvement sur les corps. Elle aime jouer sur les différences d’énergies. Elle s’imagine par exemple dans de l’eau qui va complètement ralentir ses mouvements, puis prise par une bourrasque de vent qui va accélérer sa gestuelle… Partir de la forme pour aller vers le fond.
Elle laisse parler l’instinctif pour comprendre, après seulement, ce qui en découle. Sur des musiques variées et contrastées, Doors, Lhase ou encore Pixies, les sept interprètes de In The Middle, toutes différentes, donnent corps à leurs émotions. Loin des clichés de casquettes à l’envers  qu’a pu avoir le hip hop, il y a une dizaine d’années, ces filles proposent un hip hop alternatif, un danse actuelle. Bgirling, wacking, house dance  et même krump , elles expriment le hip hop dans toute sa richesse. Nourrie par ses différentes collaborations avec des chorégraphes contemporains comme Angelin Preljocaj, Blanca Li ou encore Sylvain Groud, Marion Motin, c’est un contrepied à l’uniformité. Avec elle, c’est la diversité qui prévaut.

LE HIP HOP, UNE FORCE
Il y a 36 ans, Marion Motin, petite soeur de la célèbre illustratrice Margaux Motin, voit le jour à Saint-Lô, en Basse-Normandie. Ses parents la bercent en musique avec Cesaria Evora, Chet Baker ou Sapho… À 3 ans, c’est le King of pop, Michael Jackson, qui la fait bouger. Après la danse classique puis la danse contemporaine, c’est le hip hop qu’elle découvre dans la cour d’école. “Ce qui m’a plu dans le hip hop, c’est que les faiblesses de l’individu peuvent devenir une force. J’avais besoin de pulsionnel”. Un milieu très masculin où elle arrive finalement à imposer sa féminité. Elle apprend auprès des grands noms du hip hop, Nasty, Karl, entre dans différentes compagnies et s’attaque même aux battles ! Marion, inépuisable, participe à des clips vidéos (Robbie Williams…) et devient professionnelle.

In the Middle
De Marion Motin et la compagnie
Swaggers
Vendredi 2 février à 20h30
Salle Ravel – 33 rue Gabriel-Péri
01 47 15 76 76
Tarifs : 25 € et 20 € (TR)

Partager.

A propos de l'auteur

La Rédaction d'Info Levallois exerce au sein de la Direction de la Communication de la Ville de Levallois. Toute l'équipe a un seul objectif, vous informer tout au long de l'année de l'actualité levalloisienne, et ce, dans tous les domaines.

Comments are closed.